Mon Jeu Adopter Boutiques Forum Communauté Jeux Monde Guides

Modérateurs: Modérateurs Artistiques, Modérateurs Écriture, Modérateurs RPG & écriture, Modérateurs Saloon, International Moderators

Messagepar Mandinia » 03 Août 2022 14:47

S o p h r o n i a


Les yeux clos et dans l'attente d'une imminente rencontre avec le sol, la jeune femme serrait son cher Hazel contre son cœur. Elle ignorait l'identité de l'imbécile qui avait mal fixé la rampe d'escalier, mais elle le maudissait sur plusieurs générations. Pitié, que je ne me brise pas le cou...
Et, par un obscur miracle, le silence de l'immeuble céda place à l'agitation d'une ville en plein jour. Elle atterrit sur un point de verdure, les fesses dans l'herbe mais sans réelle douceur. Elle grimaça et insulta une fois de plus l'incapable qui l'avait entraînée dans cette histoire. Puis un éclair de compréhension la frappa : quelque chose d'anormal se produisait, puisqu'elle se retrouvait entourée d'un vaste brouhaha.
Elle rouvrit les yeux et plaqua une main sur sa bouche, dont la mâchoire venait de lâcher l'affaire.

- Ça, c'est pas chez moi...

Son compagnon à poils pencha la tête sur le côté, presque comme s'il la remerciait ironiquement de transcrire à voix haute une telle évidence. Mais Sophronia ne le remarqua même pas, trop occupée à détailler son environnement avec autant d'effroi que d'émerveillement. Des... animaux circulaient, plusieurs portaient des sacs sur le dos, où là où ils pouvaient se glisser sans encombres. Elle peinait à saisir des mots familiers dans leurs conversations, mais elle ignorait s'il s'agissait de son état de choc ou d'une réelle différence linguistique. Malgré tout, elle tenta un sourire gêné quand quelques curieux la remarquèrent... et s'empressèrent de s'éloigner en échangeant quelques mots à voix basse.
Son intuition soufflait à l'étudiante de ne pas rester plantée là trop longtemps. Vu les rares regards qu'elle croisait, mieux valait s'en aller, ça ne présageait rien de vraiment bon. Alors elle se releva, non sans une jolie liste de jurons à l'intention du responsable de sa chute et de son atterrissage dans cet étrange lieu. D'ailleurs, s'agissait-il d'une divagation de son cerveau alors qu'elle plongeait dans un coma lié à une mauvaise chute ? Ou faisait-elle face à une drôle de réalité ?
Elle se mit en marche et resta attentive à son environnement. À voix basse, elle demanda quand même à son écureuil ce qu'il pensait de la situation. Pour toute réponse, il agit comme lorsqu'elle faisait un cauchemar et peinait à s'en détacher : il lui pinça la joue. Et la légère douleur qui s'échappa de ce geste glaça les sangs de Sophronia.
Cette cité où les animaux paraissaient étrangement humains existait bel et bien. Et pour une obscure raison, elle s'y retrouvait coincée.
ImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImage
Badge Discord Games par Nokoomis, dessin de Jojo par Sora Asters, cadres par Cottens.
Avatar de l’utilisateur
Mandinia
 
Message(s) : 29946
Âge : 21
Inscrit le : 05 Mai 2012 11:38
Localisation : Quelque part en Adolyas ✧
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Gothikadoll » 04 Août 2022 13:21

Roland / Lightbug

Nevermore semblait s'exciter, ce qui mit Roland sur ses gardes, mais le krobek ne semblait pas paniqué, juste... pressé ? Il faisait des allés retours entre lui et un pan de falaise, croassant comme pour lui dire de se magner le fondement. Rangeant son couteau, le Kosek s'avança prudemment du bord pour regarder en contrebas, il n'y vit rien d'alarmant au départ, jusqu'à distinguer deux bouts de chaussures qui semblaient bouger par moment, comme pour reculer encore. Quel imbécile pouvait bien avoir eu la malchance de se retrouver sur un renfort de falaise et ce sous une plateforme, histoire d'être un minimum caché à une potentielle aide ? Sans Nevermore, Roland était certain qu'il serait passé à côté. Se baisant pour stabiliser son appui d'une main une fois à genoux, l'homme reptile - ou le reptile humanoïde selon les points de vue - se pencha pour attraper de sa main griffue un bon pan des vêtements de l'infortuné et le hissa en sécurité sans même prendre garde à ce qu'il était en train de remonter. Ils étaient trop loin pour que ce soit un Flumine, et si ça avait été un piège d'un agent de leurs soit disant "troupes secrètes" - sujet si apprécié par les enfants pour se faire peur - il serait déjà mort en bas des roches.
Avatar de l’utilisateur
Gothikadoll
Modératrice Discord
 
Message(s) : 27823
Âge : 30
Inscrit le : 17 Mars 2013 19:41
Localisation : Généralement avec mon homme et mon chat
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Laucirie » 05 Août 2022 21:20

Aérialinn
Aérialin volait dans son ciel violet jusqu’au centre de tri postal. C’était ironique quand on y pensait. Une légende parlait d’un être ailé qui transportait le courrier dans un royaume hypothétique de divinité, et voilà qu’elle faisait de même mais dans son monde réel à elle. Cela faisait rire son frère.

Récupérant dans sa sacoche le courrier de son secteur, elle ne faisait pas tellement cas des conversations de ses deux collègues. Cela faisait déjà quelques années qu’elle travaillait ici, et tous savaient que le matin, elle n’était pas très bavarde. Et puis, elle n’aimait pas spécialement s’étendre dans des conversations longues qui au final n’était là que pour combler un manque ou un besoin de sociabilité. Elle avait son frère pour l’assommer de monologue, c’était bien suffisant.

Pourtant, quelques mots lui arrivèrent aux oreilles. Mots que son frère lui avait également dit la veille et le matin. Des Flumines sans attribut d'animaux semblaient être apparus un peu partout dans le pays. Battant légèrement des ailes, elle surprit les deux flumines aux allures canines qui n'avait pas l'habitude qu'elle les écoute.


- Tu en as entendu parlé toi aussi ?


Jean-Théobald
C'était un vrai cauchemar. Il ne se voyait pas survivre. En hyperventilation, il osa tourner la tête d'un côté et de l'autre. La sensation était pire. Il n'y avait aucun endroit sûr dans son champ de vision, que de la falaise abrupte et du vide. Cet horrible vide qui semblait le tirer de plus en plus vers l'avant.

Puis, il sentit le sol sous ses pieds se dérober ce qui lui fit lâcher un cri d’une virilité proche de zéro. Il ne comprit rien de ce qui se passait et se retrouva à nouveau sur un sol bien dur et surtout bien loin de ce vide infernal. JT mit un certain temps avant de percuter qui l’avait attrapé, où il se trouvait mais aussi pour se rendre compte qu’il n’était pas du tout dans sa montagne.

Il s'était écoulé pas loin de cinq minute quand il osa enfin lâcher son regard de ce bord de falaise. Sa panique se calma un peu, non sans pour autant s'apaiser. Il était encore trop haut pour son propre bien. Il leva alors les yeux vers son sauveur qui s'était montré patient. La surpris se lut alors dans son regard.

- Merci.. vraiment, merci

Le gars n'était quand même pas en cosplay d'Argonien là en plein milieu de la montagne. Si ? et c'était quoi cet oiseau noir ? Il n'en avait jamais vu de tel.



Blaise/Blatti
C'était surprenant ce qu'il pouvait entendre parfois au travers de ce mur miteux. Son appartement n'était pas spécialement isolé, il n'était pas non plus spécialement décoré ni aménagé. En soit, il n'avait besoin de rien mise à part d'un lit pour dormir, d'une table et d'une chaise. Le reste lui paraissait bien superflus. Sa chère voisine ne semblait pas apprécier les sorties de son compagnon... Ne voulant pas entendre encore les élucubration de ses voisins, il préféra sortir. Il travaillait dans quelques heures, donc autant qu'il prenne un peu l'air d'abord.

Une fois dans les rues agités d'Heritage, il ne se sentit pas mieux pour autant. Il y avait bien trop de monde. On ne prêtait pas attention à lui, et pourtant, il était bien mal à l'aise. Tête basse, il avança rapidement vers une direction inconnu. Il faisait souvent cela, pour ne pas dire chaque matin. Pourtant, il ne sut pas trop pourquoi, il s'arrêta à l'ombre du kioske à journaux et surprit une conversation étonnante. Des Flumines bien étrange étaient apparus. Blaise n'en avait jamais vraiment vu des Flumines. Etait-ce vraiment si... anormal? Mais des Flumines sans attribut d'animaux, ça c'était certain, même dans les livres il n'en était pas fait mention. quoi que, cela lui disait vaguement quelque chose... Mais ce n'était pas le nom qui leur avait été donné.

Pour une fois depuis quelques années, il se surprit à penser et être curieux de cette information. Le monde autour de lui et le bruit qui l'accompagnait furent finalement relégués au second plan. Cela ne pouvait pas être des Flumines. Ils auraient été stoppés à la frontière. Comment seraient-ils arrivés sur le territoire ?

Faisant claquer ses mandibules, il s'agaçait de voir ses pensées tourner en rond. Ce n'était peut-être que des rumeurs. De simples rumeurs...


- ... au milieu de la place ! je t'assure ! haute comme trois pommes, une femelle semble-t-il ou un mâle... Je ne sais pas reconnaître leur genre au flumine.

Une girafe. Forcément, pour elle, tout devait sembler haut comme trois pommes, mais piqué de curiosité, Blatti choisit de diriger ses pas hasardeux vers la place mentionnée par cette commère.
ImageImage
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Laucirie
 
Message(s) : 10842
Âge : 29
Inscrit le : 11 Juin 2014 16:32
Localisation : sudiste infiltrée dans le nord
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Gothikadoll » 10 Août 2022 21:28

Hexia

Après avoir renvoyé son frère en mission, car ils n'étaient pas allés sur ce lac pour sauver une femelle initialement, Hexia entra dans la chambre où était Line et la dite femelle. La petite soeur de la Flumine ne perdit pas de temps pour faire de la place sur le lit et commencer son rapport pour son aînée


- C'est vraiment trop bizarre. Elle n'a pas de queue, pas d'ailes, des oreilles tout à fait rondes et sur le côté de sa tête comme certains des nôtres. Elle n'a pas l'air d'avoir de griffes ou de crocs non plus, ses pupilles sont ronde....

- Des cicatrices ?

- Non, enfin rien qui ne collerait avec le retrait de ses caractéristiques de Flumine. Tu crois qu'elle pourrait vraiment être humaine ?

C'était décidément une grosse question. Mais les humains faisaient partie des histoires, pas de la réalité, ou du moins plus maintenant si l'on en croyait les vieux livres que leur guilde avait volé ici et là depuis le début des rumeurs. Hexia était curieuse cependant, elle croyait Line sur parole, elle avait assez confiance en elle pour ça, mais elle voulait le constater par elle-même, le sentir à défaut de le voir. La blonde s'était levée pour étendre quelque chose, et de toute évidence fouiller dans un sac au son qu'elle faisait, mais sa soeur était trop occupée à laisser courir ses doigts sur la femelle endormie afin de l'inspecter à son tour pour s'en inquiéter.


Roland / Lightbug

La personne avait poussé un tel cri que Roland pensait tout d'abord avoir sorti une femelle du danger, mais c'était bien un mâle qui lui faisait face, et pas n'importe quel genre de mâle. Il semblait surpris, mais le temps que l'information monte au cerveau du reptile, le Kosek était déjà couteau à la main en position de défense. Qu'est-ce qu'un Flumine faisait là ? Comment avait-il pu traverser non seulement les ponts, mais aussi les forts de garde ET le pays ? Griffes prêtes, couteau prêt, les babines légèrement retroussées, la queue fouettant l'air derrière lui, Roland était tendu, plus que tendu devant ce Flumine qui le.... remerciait ?

- Quoi ?
Avatar de l’utilisateur
Gothikadoll
Modératrice Discord
 
Message(s) : 27823
Âge : 30
Inscrit le : 17 Mars 2013 19:41
Localisation : Généralement avec mon homme et mon chat
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Cheryse » 15 Août 2022 19:47

Salut ! Désolée, j'ai totalement loupé le coche pour le lancement du RP...
(Aussi, j'ai un doute sur la couleur, signalez-le-moi si c'est trop clair.)

Estelle

Il faisait noir. Elle n'entendait rien. Et sa tête était comme alourdie par du coton plaqué au fond de l'arrière de son crâne. Surtout, elle avait mal, terriblement mal. Elle était paralysée. Tout son corps la lançait, tétanisé comme s'il avait subi un insoutenable traumatisme, mais elle n'appréhendait pas le moins du monde ce que cela pouvait être ou d'où cela pouvait venir. Elle ne savait même as si cela provenait de l'extérieur ou d'elle-même. Ce désordre confus de sensation venait, traversait, allait dans son être. Assaillie, elle n'arrivait pas à bouger. Alors, elle tenta infructueusement d'endiguer ce flux sensoriel. N'obtenant aucun succès, elle commença à paniquer et sa respiration s'accéléra. Dès lors, elle chercha à au moins à retrouver le contrôle sur sa respiration. Dès qu'elle finit de suffoquer des quelques dernières bribes d'air qui s'échappait précipitamment de ses poumons, elle se crispa à l'aide de sa paralysie pour retenir son souffle juste quelques seconde afin de reprendre sa respiration quand elle l'aurait décidé. Elle inspira. Elle inspira un grand coup, une grande bouffée d'air, une trop grande peut-être, sans doute, parce qu'elle se remit à suffoquer. Elle n'avait pas respirer que de l'air, c'était sûr. Quelle était cette odeur ? Pas agréable en tout cas. Âcre. Elle n'y était pas préparée. Elle l'avait déjà sentie et comprenait seulement qu'il s'agissait de l'une des 1001 sensations qu'elle avait ressenti plutôt. Toutefois, le choc de cette gorgée d'oxygène clairement impur, après le premier effet brutal et plus intense que tout le reste, avait eu l'étrange bienfait de tempérer sa crise. A présent, à peine apaisée, la douleur continuait d'onduler dans sa tête, dans son tronc et dans ses membres. Les larmes lui montaient au visage et elle les retenait. Elle ne devait pas pleurer, se disait-elle. Ne pleure pas. Ne pleure pas. Ne pleure pas. Sinon, ça va être pire. Elle supporterait encore moins l'humidité et le sel de ses larmes sur ses joues. Alors qu'elle frémissait dans l'expectative, elle sentit une brise, une des rares sensations qui n'était jamais éprouvante, légère balayer avec entêtement son visage ainsi que le dessus de ses mains. Elle remua à peine le bout des doigts, que sous ses paumes, les grains fins d'une terre sèches, roulaient. Elle avait réussi à bouger ! Et elle commençait à discerner ce qu'elle ressentait. La douleur s'amenuisait sans jamais tout à fait disparaître, restant latente. Mais, sinon... Que faisait-elle étalée à même le sol ?

Son second mouvement fut une grimace lâchée rien qu'à l'idée de toute cette poussière, mêlée à ce qu'il semblait être du sable, dont elle n'arriverait pas à se débarrasser de sitôt sur ses mains et qui, lorsqu'elle se lèverait, se mêleraient à ses cheveux, retomberaient peut-être jusque son cuir chevelu. Rien que cette idée l'amenait à gémir de déplaisir. Cependant, ce qui la harassait déjà, ce qu'elle comprenait maintenant qui lui était parvenu en tout premier lieu, c'était le harcèlement de l'odeur. C'était cette odeur apporté par le vent qui soufflait si bas si lentement, mais déjà tellement suffisant. C'était une odeur sulfurée et acide. Oh, miséricorde... Ça ressemblait trop fort aux signes avant-coureurs de ce qu'elle appelait un "rêve acide", un cauchemar récurrent. Bon... Au moins, si elle rêvait, cela expliquait pourquoi elle était couché au niveau du plancher des serpents. D'autant plus qu'elle n'arrivait pas à se remémorer ce qu'elle faisait avant. Ce fait avait tout l'air de confirmer sa théorie. Elle n'était pas pressée de se lever, encore moins en connaissance de cette situation, mais plus vite ce serait fait, plus vite ça se finirait. Elle aurait bien porté les mains à son visage pour faire filtrer progressivement la lumière jusqu'à ses paupières afin d'ouvrir ses yeux en douceur... Cependant, la terre, qui se mettait à coller à ses doigts humidifiés par la moiteur du malaise, l'en dissuadait. Elle se contenta de serrer ses mains en poing de frustration et pour se donner du courage.

Ses cils se retirèrent avec prudence de ses globes oculaires. La luminosité toujours trop forte, comme toujours l'aveugla. Pourtant elle laissa s'écarquillés désespérément ses yeux de stupeur. Ce qui était à l'origine de cet ébahissement était la couleur du ciel. Quoi ? Le ciel... Co-comment le ciel était-il mauve...? Elle perdit le contrôle de son sang froid et Estelle se redressa de tout son dos, précipitée en position assise sans prendre garde à sa migraine naissante. Mauve ?! Elle cherchait un soleil couchant. En vain. Mauve ?! Il en était de même pour un levant. Sans résultats. Le seul soleil qu'elle trouvait était un pâle disque maladif que même elle pouvait regarder droit dedans, à travers le masque de cet air lourd et vicié. Puis, à quoi pensait-elle ? Cette teinte de violet était trop claire et terne pour être de ceux des voûtes célestes des bords du jour. Qu'y pouvait-elle ? C'était son premier réflexe de songer à cela, mais elle oubliait déjà qu'elle se trouvait dans un rêve. Et définitivement, ce n'était pas un rêve acide. Le ciel d'un rêve acide était à jamais jaune et rien que jaune, tout à l'inverse de celui qu'elle avait au-dessus d'elle. Ceci constaté, maintenant qu'elle y pensait, en regardant attentivement une nouvelle fois autour d'elle, elle réalisa qu'elle se situait au beau milieu d'un paysage désolé.

Oh mon Dieu... Comment se sortir de là ? Elle commença par se balancer sur ses pieds pour se lever, car elle n'osait ni utiliser ses mains ni toucher davantage ce sol. Jetant un oeil à son allure, elle se rendit compte qu'elle avait été parfaitement étalée sur le dos comme si on l'y avait déposée doucement et ce seulement depuis peu car l'avant de ses vêtements était immaculé et l'arrière à peine taché. Alors qu'elle se frottait les mains loin d'elle, tout en réfléchissant, elle observait les arbres morts, noircis par un feu trop puissant ou une moisissure ancienne, elle ne savait pas trop. Il n'y avait pas la moindre végétation, du moins dans son environnement proche. Elle avait lu quelques petites choses sur l'orientation, mais ce n'était pas l'absence d'une mousse qui allait lui permettre de déterminer les points cardinaux autour de l'endroit. Et cela faisait encore trop peu de temps qu'elle contemplait ce qui l'entourait pour déterminer la direction qu'empruntait la course du soleil.
Elle essaya aussi de se souvenir de ses cours de géographie du lycée tout en doutant de ce qu'elle pourrait réellement en tirer. Alors qu'elle pensait la tête levée cherchant à voir où se rendait le soleil, elle perçut une infime pente sous la plante de ses pieds, à travers les semelles de ses ballerines. Elle choisit de diriger son chemin vers son aval. La montée n'était pas assez abrupte pour obtenir un point d'observation en la remontant. Par contre, par pur espoir et une hypothèse un peu bancal, Estelle tâchait de se convaincre qu'avec un peu de chance la légère descente était assez pour trouver une rivière en bout de route. Puis, il s'agirait de longer la rivière. Selon son cours de géo' au lycée, les humains ça aime l'eau et ils prennent les bords de rivière pour endroits privilégiés d'implantations de leurs villes. Donc elle devrait tomber tôt ou tard sur des habitations. Du moins, elle l'espérait. Elle se mit alors à marcher.

Par ailleurs, Estelle ne comprenait pas vraiment pourquoi elle mettait tant d'ardeur à se sortir du pétrin, plutôt que de se contenter, comme d'habitude de subir et d'attendre que le cauchemar passe. Bientôt ce ne fut plus ça qui l'inquiétait le plus. Jusqu'ici, ça n'avait été qu'une question de fond, un bruit de fond dans ses pensées et dans le paysage, ou plutôt, justement, son absence dans le paysage. Depuis le tout début, il n'y avait pas un seul bruit. L'unique son qu'elle entendait était celui de ses chaussures s'écrasant dans le sol stérile et dès qu'elle s'arrêtait, c'était comme si une angoisse la rattrapait.
Elle aimait le silence, mais elle n'aurait jamais cru vivre cela et le penser - peut-être fallait-il le vivre pour le penser - mais même tapage d'arrière-plan discret et insupportable de la ville lui manquait. Au moins, se rassurait-elle, la nappe qui séparait terre et ciel distillait tant les rayons de l'astre diurne qu'il ne lui était pas trop nécessaire de plisser les yeux pour avancer et non plus de porter en casquette ses mains souillées. Néanmoins, ce qui restait difficilement supportable était l'odeur sure et pulvérulente, et elle ne pouvait se soulager qu'en froissant du nez sur sa tête qui déclinait sous le mal crânien qui pointait.
Avatar de l’utilisateur
Cheryse
 
Message(s) : 752
Inscrit le : 18 Jan 2016 18:54
Localisation : Avec Némésis, Margeretha et Clarith après avoir transcender les époques pour nous rassembler.
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches

Messagepar Mandinia » 21 Août 2022 20:53

S o p h r o n i a


Le regard rivé sur le sol pour tenter d'éviter de croiser ceux des passants alentour, elle se contentait de slalomer entre les divers membres des étranges habitants de ce monde. Elle tâchait de faire une totale abstraction de ce que ses yeux assimilaient tant bien que mal. Et, sans même le réaliser, elle tournait un peu en rond sur cette vaste place.
Après de longues minutes, elle se décida à relever la tête et... Bon sang, le ciel ! Sa couleur n'avait strictement rien de naturel. Un vaste nuage chimique devait le recouvrir d'un voile violet, il ne pouvait en être autrement.
Hazel se dressa sur son épaule et posa une patte sur sa joue et l'autre sur son nez. Ses petits couinements parvinrent à ralentir la respiration de son humaine, qui commençait à sérieusement se saccader. Son cœur ralentit et reprit un rythme normal. Aussi peu étonnante que soit sa manifestation, la crise d'angoisse attendrait encore. Ce lieu n'avait rien de sécurisé, et n'importe quel imbécile le devinerait en un regard. Malgré sa tentative de se fondre dans la masse, la jeune femme n'y parvenait pas et s'attirait ainsi des regards haineux. Et puis, ce sont des animaux..!
L'écureuil lui tapa le nez, comme pour la rappeler à l'ordre. Il ne lisait pas dans son esprit mais sans doute ressentait-il sa panique qui jouait aux montagnes russes. Quoique la chute s'avérait bien légère pour parler de montagnes russes.
Sophronia ne s'arrêta pas de marcher durant tout ce temps. Il ne s'agissait pas de son idée la plus brillante, d'autant plus qu'elle ne se concentrait absolument plus sur son environnement. Elle trébucha sur un trottoir et s'étala de tout son long aux pieds... non, aux pattes... d'un cafard.
Éberluée, elle fixa la bestiole avec des yeux ronds. Puis elle se redressa et s'empressa de reculer en bredouillant des excuses. Cette étrange univers allait avoir sa peau, à ce rythme.
ImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImage
Badge Discord Games par Nokoomis, dessin de Jojo par Sora Asters, cadres par Cottens.
Avatar de l’utilisateur
Mandinia
 
Message(s) : 29946
Âge : 21
Inscrit le : 05 Mai 2012 11:38
Localisation : Quelque part en Adolyas ✧
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Yashura » 21 Août 2022 22:17

Image
M I Z U S H I M A


Alors que le temps passait, aujourd'hui, il n'y avait pas grande foule. Le patron du Paon pouvait clairement se débrouiller seul pour deux ou trois péquenauds ! Non, clients, ce sont des clients ... mais des gros bouzeux ! Mizushima fulminait tout seul en préparant les cocktails aux couleurs chatoyantes chose qui ne passa pas inaperçue pour le gérant, qui adorait voir l'oiseau passer d'une colère pure et muette à un large sourire flatteur, emplis de sincérité. Ce n'est que lorsqu'il déposa le plateau vide sur le bar qu'il lui adressa la parole.

- Cette histoire d'humain... t'intéresse ?

Faisant une grimace destinée de base à toute chose gluante, Mizushima détourna le regard et reprit son travail.

- Écoutez, il n'y a aucune chance que ce soit des humains. C'est des histoires d'enfants !

- Va vérifier par toi-même . Il paraît qu'il y a peut, un humain ou un Flumine, comme tu veux, serais apparu dans une cité voisine, plus précisément à Héritage.

Mizushima resta bouche bée. Comment c'était possible ? Dans une grande ville ? Mais cette personne risquait gros ! Reprend toi Mizu', c'est qu'un idiot de flumine qui s'est paumé et qui recevra une punition digne de ce nom pour avoir traversé un pont ...

- Tu sais, pour tout ce que tu fais ici, je peux te laisser quelques vacances, et si tu ne trouves rien, eh bien, c'est que je me serais planté. En plus, il n'y a pas grand monde en ce moment, profites-en.

Quelques minutes plus tard enroulées dans sa cape sombre, le paon quitta le bar pour rejoindre sa demeure où il prépara une besace. Argent, plume de rechange, nourriture, une gourde, de quoi entretenir ses lames, on sait jamais et ses éventails... Il avait de quoi être tranquille pour un moment avec ça. une fois sur de rien oublier il ouvrit la porte et la referma à clef en soupirant, fixant la poignée. Il était curieux certes ... mais une fois qu'il aurait trouvé ce qu'il cherchait ... que ferait-il ?
Image
ImageImageImageImage
I bargain my gloom for the light of Amun.
Avatar de l’utilisateur
Yashura
 
Message(s) : 3196
Inscrit le : 25 Déc 2019 19:21
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Laucirie » 22 Août 2022 12:48

Aérialinn
La jeune femme au visage rond dévisagea ses deux collègues. Elle ne savait pas trop quoi leur dire. Oui, elle en avait entendu parlé de ces flumines étranges. C'était intriguant, mais cela ne l'intéressait pas plus que ça.

- Mon frère m'en a parlé oui. Cela fait leur sujet de conversation dans la cours de l'école.


- Ah oui, les enfants. J'avais oublié que tu t'occupais encore de ton frère. Comment va-t-il ?

L'homme de grande stature n'avait du chien que les oreilles tombantes et le museau. Il se montrait toujours avenant envers chacun de ses collègues et il avait posé la question avec le sourire. Aéria serra la lanière de son sac.

- Bien.

Aéria n'aimait pas parler de sa vie ni de son quotidien et sur ce simple mot, elle se détourna de cet homme. Sacoche pleine, elle sortit de la pièce et s'envola une nouvelle fois vers le quartier qu'elle devait servir.


- Décidément, elle n'est pas très bavarde la petite linn.


J-T
Lorsque le garçon fit un peu plus attention à ce cosplayeur, il remarqua enfin l'arme pointée sur lui. Instinctivement, il montra ses mains, paume face au pseudo reptile, pour bien montrer qu'il n'était pas armé.

- Je.. Je vous remerciais de m'avoir ti... tiré de la falaise.

Autant parler à un cosplayeur franchement bien réalisé ne le dérangeait pas des masses, autant avoir une espèce de couteau pointé sur lui le mettait bien mal à l'aise. La créature l'accompagnant n'était pas non plus normale et cela ajoutait un peu à son inquiétude grandissante qui avait remplacée sa panique. C'était un cosplay au moins hein? Son visage (?) était drôlement réaliste... trop réaliste.

- Jean-Théobald, je m'appelle Jean-Théobald et visiblement, je... je me suis perdu. Héhé... vous... vous pouvez baisser votre, votre couteau? je ne suis pas armé.



Blaise/Blatti
Avançant encore, il ne comprenait pas pourquoi il sentait monter en lui un mélange d'excitation et de curiosité. Depuis combien d'année n'avait-il pas connu autre chose que sa routine quotidienne? Trop sans doute. Il n'eut pas à aller bien plus loin que cette rue où se trouvait le kioske pour presque tomber sur cette Flumine étrange. Comme beaucoup d'enfant avant cette étrange créature, elle sembla effrayée à sa vu. Les Kosek aux allures d'insecte n'étaient pas les plus esthétique. Il fit claquer ses mandibules un peu de peine et de surprise aussi. Il s'avança d'un pas vers cette femelle visiblement qui rampait en arrière tout en s'excusant pour le fuir. Il lui tendit une patte.

- vous ne vous êtes pas fait mal ?

Au vu de la peur qui se lisait dans ce regard étrangement expressif et cette face bien plate sans écailles ni poils, il était fort probable qu'elle refuse cette patte tendue. D'ailleurs, Blaise ne se reconnaissait pas dans ce geste plein de sollicitude.
ImageImage
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Laucirie
 
Message(s) : 10842
Âge : 29
Inscrit le : 11 Juin 2014 16:32
Localisation : sudiste infiltrée dans le nord
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Gothikadoll » 22 Août 2022 15:17

je sais pas pour les autres Cheryse, mais perso je dois plisser les yeux pour voir avec ce rose (ou surligner le texte ^^")


Hexia

Pendant que Line sortait du sac pinceaux, fusains et autres carnets détrempés, Hexia laissait ses mains courir sur le corps et le visage de la femelle que ses frangins avaient ramenée. Si les gestes ne se voulaient pas désagréables, la femelle se mit à gigoter et gémir un peu dans son sommeil avant de pousser un cri et faire un bond qui la plaqua assise contre le mur


- Qui... que... pourquoi est-ce que je suis nue ?! Qui êtes vous ?!

Line n'avait pas attendu pour sortir une arme, mais Hexia tendit la main vers sa soeur tout en gardant la tête tournée vers la femelle inconnue, une oreille dirigée vers chacune des deux tendues

- N'ai crainte, ma soeur et mon frère t'ont sauvé de la noyade il y a peu, tes vêtements étaient trempés et toi aussi. J'étais juste en train de t'ausculter.

Le coeur de la femelle battait la chamade, et les paroles d'Hexia ne semblaient pas l'avoir calmée tant que ça. Mais le son d'une arme qui rentrait dans son fourreau parvint tout de même à l'oreille de la Flumine, signe qu'au moins sa soeur n'étaient plus autant sur ses gardes


- M'ausculter ? Où on est ? C'est clairement pas un hôpital ni une tente médicale de convention.

Convention ? Voulait-elle parler de foires ? Pourtant la foire de Célénée n'était pas avant des mois. Intriguée, Hexia préféra changer de sujet tout en répondant à la femelle

- Tu es chez moi. Aurais-tu un nom ? Je m'en voudrais de t'appeler "femelle".



Roland / Lightbug

Il lui faisait peur, c'était déjà ça, et ce Flumine semblait dépourvu de griffes, crocs ou même de serres. Roland tiqua un peu quand ce dernier lui parla à nouveau. Perdu... c'était le cas de le dire. Ce Jean-Théobald avait carrément perdu la tête oui. Rangeant tout de même son couteau, Roland étira ses doigts comme pour relâcher également cette pression qui parcourait ses membres. Dans le pire des cas, lui avait bel et bien des griffes, et une queue, chose dont ce Flumine perdu était dépourvu également

- Quel genre de Flumine tu es ? Comment un sans griffes ni ailes aurait pu passer les frontières ? Tu as un don de camouflage ?

Il ne ressemblait pas vraiment à une créature capable d'une telle chose, mais Roland se souvint soudain que ce peuple était doué de magie, information qui fit battre nerveusement sa queue dans l'air.
Avatar de l’utilisateur
Gothikadoll
Modératrice Discord
 
Message(s) : 27823
Âge : 30
Inscrit le : 17 Mars 2013 19:41
Localisation : Généralement avec mon homme et mon chat
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Mandinia » 28 Août 2022 16:31

Woops j'ai oublié de réagir haha
Mais je rejoins Gothi, c'est pas la couleur la plus opti ^^'


S o p h r o n i a


Le claquement des mandibules la figea net. Ces particularités physiques pouvaient sans doute lui arracher un bras, vu leur taille... Même la présence de Hazel, blotti contre son cou, ne suffisait pas à la rassurer.

- Vous ne vous êtes pas fait mal ?

L'insecte parlait, et... elle le comprenait. Elle hésita de longues secondes avant de précautionneusement poser sa main sur cette patte tendue et, elle devait le reconnaître, un brin angoissante.

- Je... Je crois que ça va, merci...

Elle s'aida de cette aide surréaliste pour se remettre sur pieds.
ImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImageImage
ImageImageImageImageImage
Badge Discord Games par Nokoomis, dessin de Jojo par Sora Asters, cadres par Cottens.
Avatar de l’utilisateur
Mandinia
 
Message(s) : 29946
Âge : 21
Inscrit le : 05 Mai 2012 11:38
Localisation : Quelque part en Adolyas ✧
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

PrécédentSuivant

-->

Retour vers RPG actif

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)