Mon Jeu Adopter Boutiques Forum Communauté Jeux Monde Guides

Modérateurs: Modérateurs Artistiques, Modérateurs Écriture, Modérateurs RPG & écriture, Modérateurs Saloon, International Moderators

Messagepar Lilibulle » 06 Jan 2017 23:10

Message aux modérateurs
Ayant déjà vu des RPG privés sur ce site, je me suis permise d'en ouvrir un pour mon ami Austelin et moi, mais si ce n'est pas possible, nous le déplacerons
;)



~ A l'intérieur du rêve ~

Ceci est un RPG privé entre Austelin et moi, qui aborde le sujet des rêves, des rêves que nous avons faits, ou bien que nous aurions pu faire. Je ne pense pas qu'il s'oppose à ce que des gens puissent le lire, mais s'agissant d'univers personnels, nous voudrions éviter qu'ils soient déformés par des personnes extérieures.





Personnages :


Joueur : Austelin
Prénom : Lysandre
Nom de famille : ///
Âge : 17
Cheveux : Courts, lisses, châtain pas sombre
Yeux : Bleu pâle
Image :
Spoiler: show



Joueur : Lilibulle
Prénom du perso : Abbygaelle
Nom de famille : ///
Age : 17 ans
Cheveux : D'un noir de jais
Yeux : D'un bleu acier
Image :
Spoiler: show



Résumé de notre avancée :

Lysandre et Abby sont deux amis qui se connaissent depuis leur plus tendre enfance. Leur parents travaillent au même poste et son actuellement en Afrique pour contribuer au développement d'un projet. Ils se retrouvent seuls, à leur habitude.
A la suite d'une journée consacrée à une balade à vélo en montagne, Lysandre incite Abby à accélérer la cadence. Malheureusement, elle fait une chute vertigineuse et s'écrase au sol. Transférée d'urgence à l'hôpital, elle est toujours dans le coma. Lysandre s'en veut terriblement et lui rend visite à l'hôpital. Il se passe alors quelque chose d'extraordinaire. Il change de monde. Il se retrouve en chute libre dans un ciel sans repère. Puis plonge brusquement dans l'eau. La mer déchaînée le vide de ses forces, et il est au bord de l'évanouissement quand il rampe sur la plage... qui se meut et le traîne vers les dangereuses vagues de la mer.
Image
Avatar de l’utilisateur
Lilibulle
 
Message(s) : 3665
Âge : 23
Inscrit le : 15 Mai 2013 21:20
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches

Messagepar Austelin » 06 Jan 2017 23:22

Dans notre coin perdu, il n'y a pas grand-chose à faire. La ville a toutes les fonctions publiques nécessaires, mais n'accueille ni cinéma, ni aucun autre loisir. Donc on s'occupe. Abby et moi, on profite des vacances d'été. Enfin, comme on peut. On ira à l'université ensemble à la rentrée.
On se connaît depuis qu'on est tout petit. Dans la même classe, avec nos quatre parents travaillant au même poste dans la même entreprise. Ils voyagent ensemble, et souvent, nous laissant ici, à Vertenmont, ville des plus ennuyeuses. On a appris à nous gérer nous-mêmes, on est responsables, pas portés sur l'alcool et les drogues, ni rien d'autre de "festifs" comme la plupart des jeunes de notre âge. On est mature. On a mûri ensemble. On sait qu'on peut compter l'un sur l'autre quoi qu'il arrive.

Nos parents sont en ce moment à l'étranger, en Afrique et sans réseau, pour changer. On est donc seul. C'est généralement moi qui prend les devants en ce qui concerne les programmes des journées, même si c'est Abby la plus débrouillarde. Je trouve toujours le moyen de la forcer à m'accompagner, à bouger. En l'occurrence, je l'ai convaincue qu'aujourd'hui, nous ferions le tour des montagnes avoisinantes à vélo. Parce que j'adore ça. Passer entre les pins, sentir leur sève, être rafraichi par le vent, être accompagné par elle, même si elle se plaint aujourd'hui des courbatures que je lui ai causé avec notre expédition en canoë de la veille.
En rentrant, au crépuscule, j'ai commis une terrible erreur. On devait vite être de retour dans la ville avant la nuit, et je nous ai fait prendre des raccourcis. On a coupé plusieurs routes automobiles, jusqu'à la dernière. Là, je traverse, Abby me suit même en voyant la voiture foncer sur elle. Elle pédale de toutes ses forces et n'a pas le temps de freiner devant les escaliers qui s'ouvrent de l'autre côté de la route. Le vélo s'envole, Abby aussi, et elle atterrit lourdement sur le sol. Et elle ne bouge plus. Plus du tout.
Complètement paniqué, j'appelle les urgences. Elle est immédiatement transférée à l'hôpital, à l'autre bout de la ville. Je suis à vélo, et l'hôpital est fermé au visiteur quand j'arrive devant. Je rentre chez moi, en larmes.
Avatar de l’utilisateur
Austelin
 
Message(s) : 2
Inscrit le : 06 Jan 2017 22:50
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches

Messagepar Lilibulle » 06 Jan 2017 23:28

La journée qui touchait à sa fin m’avait remplie de joie, malgré tout mon temps passé à râler. Lysandre ne s’en était pas offusqué. Il commençait à avoir l’habitude de mon naturel bougon, après la douzaine d’années passée en ma compagnie presque quotidienne.
Il commençait à faire sérieusement sombre. Lysandre nous faisait passer par des chemins de plus en plus dangereux pour nous assurer d’être rentrés avant la nuit. « Enfin, si seulement nous rentrons… » pensais-je en mon fort intérieur. Je ne laissais pas ma crainte montante paraitre, je suis la plus âgée, je ne dois pas avoir l’air faible.
Les voitures de la route qui courait devant nous passaient à toute allure. La traversée de Lysandre, qui m’attendait à présent de l’autre côté, nous avait valu une salve de klaxons retentissante. Je prenais mon courage à deux mains, et serrant le guidon de mon vélo, je fonçais sur le basalte. Les phares se rapprochaient et seule la peur m’empêchait d’entendre l’assourdissant bruit de la voiture qui me faucherait si je ne pédalais pas assez fort. Ma roue avant toucha la terre brune en sortant de la route. Un dixième de seconde j’affichais un large sourire, soulagée. Je ne pensais pas tout de suite à freiner, grisée par l’adrénaline. Soudain je me senti pédaler dans le vide et mon vélo bascula en avant. Cramponnée au guidon, j’effectuais un soleil avant de me sentir m’écraser sur les marches de pierre en contrebas. Un rideau noir tomba sur mes yeux. Puis plus rien.

Combien de temps avais-je dormi ? J’étais presque surprise de me réveiller. Toute ma douleur avait disparu. La pierre froide et humide que je sentais sous moi me fit me demander si Lysandre ne m’avait pas laissée pour morte au bas de l’escalier dans lequel j’étais tombée, baignant dans ce que j’analysais une seconde comme pouvant être mon sang. Bien que cette hypothèse me parût farfelue connaissant le naturel très bon de mon ami, c’était tout ce que je pouvais rassembler de plausible dans ma tête encore sous le choc. J’entendais couler de l’eau… Quelque chose clochait. Ouvrir les yeux ne me demanda aucun effort. Je battis des paupières pour essayer d’analyser les taches de couleur qui s’agitaient autour de moi. Un plafond en pierre qui suintait s’offrit à ma vue. Une grotte ? Comment avais-je pu atterrir ici ? J’essayais précautionneusement de me relever, et fus agréablement surprise de ne plus ressentir les courbatures de l’expédition en canoé. Mais ce qui m’étonna le plus fut la cascade légère qui tombait à quelques mètres de moi, obstruant de manière translucide le trou rocheux dans lequel je me trouvais. Quoi ??? J’hallucinais. Les questions se bousculaient dans ma tête qui entrait en ébullition. Où étais-je ? Comment y étais-je arrivée ? Et surtout… Où était Lysandre ???
Image
Avatar de l’utilisateur
Lilibulle
 
Message(s) : 3665
Âge : 23
Inscrit le : 15 Mai 2013 21:20
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches

Messagepar Austelin » 06 Jan 2017 23:31

De retour dans ma maison, je me jetais sur le canapé. Pas besoin d'allumer, j'avais une très bonne vision nocturne et la lumière lunaire pénétrait par les grandes baies vitrées menant au jardin. Ambiance parfaite pour s'apitoyer sur son sort. Ce que je ne voulais pas faire. Je pris le téléphone fixe, et appelai mes parents. Comme je m'y attendais, je dus laisser un message. Je fis de même pour ceux d'Abby. Ensuite, je m'installai au bureau de ma mère et consultai les horaires d'ouverture de l'hôpital. 8h. A ma montre, 23h. L'attente risquait d'être longue. Très longue.
Je n'ai pas de jeux vidéo. C'est un choix de vie que j'ai fait (j’avoue qu’il était aussi très orienté par les idéaux de mes parents). La perspective de s'enfermer pendant des heures pour un jeu qui n'a aucune incidence sur la vie ne m'a jamais attiré. J'ai préféré profiter des moments vrais de la vie, du concret. Je disposais donc de temps, que j'ai en partie utilisé pour les études. Mais je dois avouer que ce temps aurait pu être plus important. J'ai aidé mes parents. J'ai été élevé avec une mère qui ne jure que par le bio et fait des obsessions sur l'équilibre du régime alimentaire, si bien que j'allais au marché pour elle, généralement avec Abby, qui trouvait amusante ces préoccupations. De mon temps libre, j'ai aussi consacré de nombreuses heures à un sport que j'ai découvert vers mes 5 ans et pour lequel je me suis trouvé une passion : la gymnastique. J'ai réussi à arriver second à la compétition nationale, il y a deux ans.
Je fis mes étirements et partis au sous-sol, une salle aménagée pour moi et ce sport. Je voulais me changer les idées. J'allais y être confronté bien assez tôt.
Mais je ne tins pas une heure. Les images de l'accident passaient en boucle et au ralenti dans ma tête. Jusqu'à l'immobilité totale. Immobilité qui me hante. Je me réfugiai dans mon lit, deux étages au-dessus, sans même passer par la douche. Une irrésistible envie de me mettre en boule me plaqua au mur et des vagues de culpabilité et d'angoisse me noyèrent dans mes larmes. J'étais la cause de l'accident d'Abby, ma meilleure amie depuis toujours.

Lorsque le soleil réchauffa mon visage, je me rendis compte que je m'étais endormi. Il brillait fort par la grande fenêtre que je n'avais pas fermé la veille. Un coup d'œil à mon réveil m'indiqua qu'il était 5h52. J'avais une heure et huit minutes pour me préparer. Première étape : petit déjeuner. Je me forçai à manger, car on m'a toujours dit que c'est le repas le plus important, même si mon inquiétude avait fait un nœud très serré de mon estomac. Puis, douche. Brûlante et glaciale, parce que le mitigeur voulait me punir de ce que j'avais fait. Dans le miroir, je vis rapidement que mes yeux gris étaient gonflés et aussi rouges que mon nez et mes joues. Il fallait que j'aie meilleure mine si jamais Abby était éveillée à mon arrivée. Faute de pouvoir faire disparaître le sang de sous ma peau, je décidai de coiffer avec une bonne dose de gel mes cheveux noirs de jais, et de m'habiller le plus élégamment possible.
7h43. Je montai sur mon vélo et pédalai aussi vite que je pus, en ne pouvant toutefois m'empêcher d'être prudent comme un néophyte. L'hôpital était assez loin, et je me devais d'être là à l'ouverture. 8h tapante, j'y étais. On m'introduisit après quelques minutes d'attente qui me parurent aussi longues que des heures dans la chambre d'Abby. Elle était là. Endormie. Donc vivante. La couverture lui montait jusqu'au cou, si bien que je ne pouvais pas voir l'étendue des dégâts. Seules sa main et sa tête dépassaient. Je lui pris la main délicatement, après une seconde d'hésitation, et une larme que je ne pus retenir tomba sur sa peau. L'angoisse dut me faire halluciner car je crus qu'elle explosa en dizaines de gouttelette d'argent, qui tourbillonnèrent avant de s'évaporer. Je fermai les yeux pour chasser cette vision. Mais je ne retrouvai pas mes esprits car je sentis la gravité augmenter jusqu'à ce que je valse en arrière, toujours dans le noir des paupières. Puis plus rien.
J'ouvris les yeux par réflexe. Un horizon bleu. Bizarre. Soudain je chutai. Le vent se mit à hurler à mes oreilles, et me faisait tourbillonner. J'aperçus brièvement des nuages mais je ne sus pas s'ils se situaient au-dessus ou sous moi. Puis je heurtai un nuage bitumeux qui me lacéra la peau quand je passai à travers. Il me stabilisa ventre vers le bas, et je pus distinguer le sol.

Il y avait de minuscules gouttelettes dans l'air. Je ne pouvais pas les voir. Mais je les sentais me griffer avec la vitesse. Mon père me disait que la vitesse était grisante. Il m'emmenait sur sa moto, avant. La vitesse m'a toujours terrifié. Et en ce moment même, en plus de m'horrifier, elle me blessait! Rien pour arranger les choses.
J'avais l'impression de chuter, de tomber directement vers le sol, mais sous mes yeux paniqués, le sol avançait. Je vis une forêt, puis des montagnes. Je contemplai avec effroi leurs pics acérés, quand l'image se brouilla et je me retrouvai à quelques mètres de l'eau de ce que je pensais être une mer. Au moment d'impacter la surface, je m'arrêtai une seconde le souffle coupé en anticipant le choc, pour faire un puissant plat.
Assommé par la force de la frappe, j'agitai mes membres dans l'eau profonde mais pourtant lumineuse et limpide dans l'espoir de remonter vers l'air libre. Sauf que je n'avais aucune idée d'où était le haut et le bas. Quand enfin j'aperçus la surface, je nageai avec vigueur tout en priant pour ne pas manquer d'air.
J'aspirai à grandes goulées, dans l'espoir de retrouver mes forces. Mes vêtements me tiraient vers le fond, le ciel était azur, mais trois nuages s'étaient assemblés en une frimousse narquoise. Soudain, une bourrasque s'enfonça dans l'eau et me fit sauter. Grâce à cette intervention naturelle mais peu commune, je crus entrapercevoir un éclair doré que j'interprétai être une plage. Toujours essoufflé, j'entamai un crawl épuisé dans cette direction. Rien ne m'indiquait que je n'avais pas inventé cette vision, mais je n'avais pas d'autres moyens de m'en sortir que d'y croire.
Une grosse vague tenta de me noyer. Je me retrouvais balloté comme du bois flotté au milieu de la limpidité lumineuse de l'eau, et sans air. A aucun moment je ne perdis conscience, mais je ne pus m'expliquer comment j'avais réussi à atterrir sur cette plage. En une seconde, toute l'eau dont étaient imprégnés mes vêtements disparut. Je me levai, tout courbatu, et pourtant le cœur encore battant. L'afflux de sang me tourna la tête, et je fus pris d'un vertige en regardant la mer. Je lui tournai le dos et vis au loin les montagnes. Une sorte de sphère cotonneuse et lumineuse flottait dans le ciel. En la regardant, j'eus la certitude qu'Abby se trouvait dessous. Je ne savais pas où j'étais, ni pourquoi j'y étais, mais j'étais persuadé qu'il fallait que j'aille rejoindre mon amie.
Avatar de l’utilisateur
Austelin
 
Message(s) : 2
Inscrit le : 06 Jan 2017 22:50
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches


-->

Retour vers RPG en pause

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)