Mon Jeu Adopter Boutiques Forum Communauté Jeux Monde Guides

Modérateurs: Modérateurs Artistiques, Modérateurs Écriture, Modérateurs RPG, Modérateurs Saloon, International Moderators

Messagepar sebhmet6 » 14 Jan 2019 16:07

Image

Image

Bonjour par ici,

Je m'y prends un mois à l'avance mais j'aimerais mettre à l'honneur cette belle fête qui est la saint valentin. J'aurais bon nombre d'histoires à vous compter mais je n'ai pas vraiment le temps en cette période. Pour cette fête, j'aimerais vous présenter les couples de Sebhmet6 :

Spoiler: show
ImageImage
ImageImage
ImageImage
ImageImage
ImageImage
ImageImage
ImageImage
ImageImage
ImageImage
ImageImage
ImageImage
ImageImage

Comme j'aime l'art, je vous mets au défi de créer quelque chose sur un couple de votre choix, un écrit ou un dessin, à votre guise. Voici quelques règles :
* Je vous demande surtout de respecter les infos données sur les fiches des djaa
* Pas de nombre limite de créations
* Pas d'humanisation
* Pour le dessin :
    - en couleurs ou en noir et blanc
    - traditionnel ou graphique
    - Vous ne devez représenter que le couple
    - Les accessoires doivent être présent
    - Les fonds ne sont pas obligatoires
    - Les déco et plushies ne sont pas obligatoires
* Pour l'écrit :
    - une histoire ou un poème.
    - vous pouvez brièvement inclure des membres de la famille du couple.
* Votre création sera envoyée en MP
* Votre création doit être rendue au plus tard le 13 février à 23h59.

Si vous avez des questions sur un couple ou sur le concours, surtout n'hésitez pas, il n'y a pas de questions bêtes et parfois je ne pense pas à tout.

Les lots sont tenus secrets, je préfère des participations pour l'intérêt du concours plutôt que des lots.
Avatar de l’utilisateur
sebhmet6
Modératrice Discord
 
Message(s) : 5675
Âge : 30
Inscrit le : 11 Avr 2014 12:43
Localisation : au pays des bisounours
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar sebhmet6 » 14 Jan 2019 16:08

Résultats


J'ai mis du temps à avoir un résultat car vous avez toutes les 4 fait un travail magnifique sur les couples de Sebhmet6. Mais c'est un concours et il doit bien y avoir un gagnant et des moins gagnants. Ainsi, mon jugement a été difficile et c'est joué, je l'avoue aux petits détails. J'ai tout de même une petite précision à faire, les lots étant donné leur rareté ne sont pas échangeables. Merci de respecter ceci.
Ainsi,

En 4ème position, nous retrouvons : Lilie94 avec son magnifique dessin :
Spoiler: show

Simple et efficace, il me rappelle mon premier dessin de GW ^^ Si j'ai un petit conseil à te donner qui pourrait aider à faire ressortir les djaa dans ton coeur c'est de reprendre le line au stylo/feutre à pointe très fine noir ou même en repassant plus fort sur les traits de contours avec tes crayons de couleurs. Cela donnerait je pense un peu de relief à ton dessin ^^

Tu remportes une créature rang 6(hors mystique) au choix : Image



En 3ème place et 2ème place ex æquo car impossible à départager, Fae. et Soufflecendre avec respectivement son histoire et son dessin :
Spoiler: show
Glaucos frappa à l'imposante porte aigue-marine de la chambre de sa femme. Il poussa la lourde porte, non sans difficulté, et l'entrouvra. Il passa sa tête dans l'ouverture :
《- Scylla, je vais passer la soirée avec Merwin et Denno. On va à Fish'N'Crabs, l'informa-t-il en la regardant.
- D'accord, pas de problème ! À tout à l'heure, lui répondit-elle avec une voix chaleureuse.
- Oui, à tout à l'heure !》
Tout sourire, le Djaalin referma la porte et s'éloigna d'un pas vif en direction de la sortie, saluant au passage les quelques gardes Ekoyus et Neptulys du palais. Dans sa chambre, Scylla poussa un soupir las. Son compagnon l'insupportait au plus haut point. Il était trop gai, trop naïf : cela faisait des années qu'il croyait à son petit jeu, qu'il croyait qu'ils étaient tous deux éperdument amoureux, que leur couple était beau, indésoudable. Il vivait dans sa bulle de bonheur, contrairement à la Djaaline qui gardait la tête sur ses épaules. Elle était capable de prendre des décisions sans laisser ses émotions l'influencer, elle était raisonnable et surtout, autoritaire. On la respectait avec tout le respect qui lui était dû, avec tout ce qu'elle faisait pour son royaume, c'était mérité. Évidemment, elle ne pouvait pas avouer qu'elle restait avec Glaucos pour garder le trône. Sinon, elle s'en serait bien passé, de ce Djaalin trop enfantin. Il n'était ni taillé pour le pouvoir, ni pour gérer un royaume, ni pour la responsabilité qu'engendrait d'être roi, c'est-à-dire de prendre des décisions importantes, de signer des alliances, rien de tout cela. C'était en partie pour cette raison que Scylla était reconnue et respectée dans son royaume et même au sein de son palais. Elle était capable de faire tout ce que son compagnon ne réussissait pas et qui était vital lorsqu'on était à la tête d'un royaume. En soi, ils se complétaient. À peine cette idée traversa-t-elle sa tête qu'elle en fut horripilée. Comment pouvait-elle penser que Glaucos et elle allaient, en un sens, bien ensemble ?! Elle secoua la tête et chassa cette pensée.

Le cours de ses pensées l'avaient menée à une petite ville, Atlantica, où elle avait passé une enfance difficile, entre deux après-midi à s'occuper de ses frères et soeurs trop nombreux à son goût, et où elle devait jongler avec l'entretien de la maison et préparer les repas, ses parents n'étant que peu présents. Elle éprouva soudain le désir d'écrire à une amie d'enfance, qu'elle n'avait pas revue depuis des années. Confidentes et comme soeurs, elle avaient toutes deux eu la même soif de pouvoir : moquées, embêtées et harcelées à l'école, la vengeance les taraudait. Elles voulaient prendre leur revanche. Malheureusement, son amie avait été envoyée dans un pensionnat lointain, et depuis ce jour Scylla n'avait plus eu de nouvelles - elle n'avait pas cherché à en avoir, d'ailleurs. Elle décida de se rattraper, et en cherchant grâce aux archives du palais consignées dans une pièce, elle trouva l'adresse de son amie. Elle alla chercher de quoi écrire, prit du papier (c'était du sable cuit mélangé à de l'algue faisait office de papier puisque l'on pouvait facilement écrire dessus), puis elle rentra dans sa chambre et s'assit à son bureau. Elle commença à écrire, la main malgré elle tremblante d'émotion - la Djaaline allait écrire à son amie, presque sa soeur, qu'elle n'avait pas revu depuis tellement longtemps ! Que penserait sa meilleure amie d'elle, maintenant qu'elle était au pouvoir ? Se souviendrait-elle de Scylla ? N'allait-elle pas la détester de ne pas lui avoir écrit pendant tout ce temps alors qu'elle en avait les moyens ?
Ce manque d'assurance ne lui ressemblait pas, alors la Djaaline se ressaisit et commença à écrire, même si sa main était encore quelque peu tremblante.


À Flunalys, palais royal d'Aquahana
Le 17 janvier 2019



Ma chère Indica,

Cela fait des années que nous n'avons pas repris contact, alors je t'envoie cette lettre en espérant que tu l'apprécies.
Comment te portes-tu ? Tout va bien, de ton côté ? J'espère que oui. N'hésite pas à me répondre surtout, je me ferais une joie de te lire.

Tu as très certainement dû voir que je suis devenue reine. Notre revanche est là, Indi, nous la tenons. Je pense à toi, quand je monte sur l'estrade, quand je m'adresse au royaume, quand je suis dans la salle royale, en train de prendre des décisions avec Glaucos. Je me dis qu'ils devraient être là, ces gamins qui étaient méchants avec nous - j'irais même jusqu'à dire cruels. Ça leur donnerait une bonne leçon, de ce que des créatures comme
nous avons pu devenir. Eux qui nous traitaient comme des moins que rien. Regardez un peu ce que nous sommes devenues ! Enfin, je ne sais pas ce que tu es devenue, mais je ne doute pas que tu aies trouvé du travail, et que tu aies réussi ta vie. D'ailleurs, si tu as besoin d'aide, n'hésite pas à me demander !

Je pense que tu te demandes comment j'ai pu accéder au trône et épouser Glaucos. Je vais revenir au moment de notre rencontre, ce sera plus clair pour toi.
J'étais assise sur le bord de la promenade de Flunalys, face à la plage, je regardais le soleil se coucher sur la mer calme et teinter l'eau de jaune orangé, quand un autre Djaalin s'assit à mes côtés. Il commença à me parler :
《- C'est magnifique hein ?
- Oui, je ne me lasse pas de regarder, répondis-je, les yeux toujours tournés vers la mer.
- Je n'ai pas souvent l'occasion de sortir, alors quand je le peux, je viens regarder le coucher de soleil. C'est un sublime spectacle.
- Vous ne sortez pas souvent ? m'étonnai-je en me tournant vers lui, les Djaalins étant généralement des créatures assez joyeuses et fêtardes.
- Non, malheureusement, soupira-t-il. J'ai trop de tâches qui m'incombent, je ne peux pas me permettre le luxe de sortir...
- Quel dommage... Je suis désolée pour vous, lâchai-je, ne sachant pas quoi dire.》
Nous nous tûmes et contemplâmes le soleil disparaître à l'horizon. Plongée dans mes pensées, je ne l'entendis pas se lever après un petit moment. Ce ne fut que quand la lune commença à paraître que je réalisai qu'il était parti, alors je me levai et partis pour rentrer chez moi.
Ainsi, tous les soirs, j'allai regarder le coucher de soleil, et certaines soirées, le Djaalin me rejoignait. Nous faisions malgré moi connaissance, petit à petit - je n'étais pas très enchantée par sa présence, mais ne voulant pas paraître malpolie, je me forçai à parler -, et j'appris que c'était Glaucos, le roi d'Aquahana. Alors, une idée germa dans mon esprit... si j'arrivais à le séduire, et qu'il tombait amoureux de moi, je parviendrais au trône en l'épousant puisqu'il m'avait dit qu'il était célibataire ! Depuis le jour où cette pensée m'avait traversée, je m'employai à paraître intéressée par lui, par ce qu'il me disait. Ayant toujours bien joué la comédie, il n'y vit que du feu. Je remarquai qu'il commençait à s'attacher à moi : ma comédie portait ses fruits. Je jubilais intérieurement ; enfin, mon heure allait arriver !
Puis vint le jour où Glaucos m'invita à aller dîner au restaurant avec lui. J'acceptai, et à peine rentrée chez moi, je m'habillai avec mes plus beaux atours, voulant lui faire bonne impression. Nous arrivâmes peu après 21 heures au restaurant chic où il valait décidé de m'inviter. Une serveuse Ekoyus nous accueilla et nous emmena à une table d'où l'on voyait des orgues faites de coraux hauts en couleur situées au milieu du restaurant. Nous nous assîmes l'un en face de l'autre, puis Glaucos remercia la serveuse d'un signe de tête et cette dernière partit, non sans nous souhaiter un bon repas. Après quelques instants où nous avions passé le temps en discutant de choses anodines, une autre serveuse - Neptulys, cette fois-ci - vint nous voir afin de connaître nos choix pour le dîner. Je pris des coquillages communs que l'on trouvait souvent à Aquahana, accompagnés d'une sauce qui faisait la renommée de ce restaurant, et mon partenaire choisit pour sa part des poissons coûteux sur le marché. La serveuse partit à son tour, nous laissant tous les deux.
Le repas se déroula merveilleusement bien, je charmai Glaucos et voyai celui-ci tomber dans le piège, en s'enfonçant plus encore dans ce dernier qu'auparavant. Lorsque nous eûmes fini, Glaucos paya la note et nous sortîmes dehors.
《- Je te remercie pour ce repas, Glaucos, lui dis-je, à la fois chaleureuse et reconnaissante. Il était divinement bon !
- Content qu'il t'ai plu, alors ! Un baiser d'au revoir ?
- Bien sûr, acquiescai-je d'une voix mielleuse.》
Et il se pencha vers moi, m'embrassant sur la bouche avec douceur. Je me dégageai :
《- Tu n'as pas peur que quelqu'un nous voit ? murmurai-je.
- Non, pourquoi ?
- Eh bien, tu es le roi, et moi, je ne suis qu'une simple personne du royaume...
- Et alors ? Je t'aime, Scylla, que tu ne sois qu'une "simple" personne ne me dérange absolument pas ; au contraire, pour moi, tu es bien plus, me déclara-t-il avec une expression attendrie et amoureuse.
- Oh, Glaucos... soupirai-je, me forçant à sourire - ce qui se transforma en grimace. Tu es sûr que l'opinion publique, et même celle de tes parents, ne te dérangera pas ? Et puis, je pourrais nuire à ta réputation... minaudai-je, reprenant mon rôle soucieux et bienveillant envers lui.
- Ne sois pas inquiète, je gérerai toutes les éventuelles oppositions à notre couple. Sache que je serai enchanté de te voir monter sur le trône à mes côtés, me confia-t-il avec un clin d'oeil qui se voulait charmeur mais qui m'exaspéra ; je me retins de lever les yeux au ciel.
- Eh bien, je serai également très heureuse de t'accompagner durant ton règne, Glaucos ! Partager ta vie serait fabuleux.》
Il hocha la tête en souriant, et, me prenant la main, il m'entraîna vers le palais royal que je distinguais à l'horizon.

Lorsque je me réveillai dans son lit, je le vis qui me regardait avec un regard énamouré. Je me retournai en soupirant de lassitude, ce qu'il pris - selon moi - pour un soupir de plaisir. Nous discutâmes quelque peu : il me demanda si j'avais bien dormi, comment j'allais, et cetera. Sur ces paroles, nous décidâmes de sortir prendre notre petit déjeuner. En entrant dans la salle au style haussmannien, tout d'un blanc immaculé avec des colonnes de marbre aux extrémités de la pièce, je fus subjuguée par la pureté et l'élégance que la pièce dégageait. Nous nous installâmes à la grande table, aux extrémités du meuble. Des domestiques Destrinos apportèrent nombre de plats locaux, divers et variés : coquilles Saint-Jacques, mollusques, algues comestibles...
Nous dégustâmes ces délicieux aliments dans un grand calme, ce qui fut pour moi étonnant, étant donné que je vivais dans un quartier modeste où le bruit régnait. Notre petit-déjeuner terminé, nous rentrâmes dans la chambre, et passâmes une grande partie de la matinée à nous apprêter pour l'annonce de notre relation au peuple et aux parents de mon partenaire. Une fois notre tenue prête, nous nous dirigeâmes dehors, escortés par quelques gardes, et montâmes sur une estrade prévue pour l'annonce de la nouvelle. Glaucos monta dessus, et m'invita à le rejoindre. Je montai à mon tour et il prit la parole.
《- Chers citoyens, je m'adresse à vous en ce jour afin de vous faire part d'une grande nouvelle. J'ai rencontré Scylla il y a quelques mois, et j'ai tout de suite été sous le charme de sa personne. Je suis rapidement tombé amoureux d'elle, et désormais je vis chaque jour un grand bonheur grâce elle. C'est pourquoi j'ai décidé d'officialiser notre relation, précisa-t-il. Scylla, ma chérie, j'ai une demande te faire.
- Oui, mon bébé ?
- Veux-tu devenir ma femme ?
- Oui, Glaucos, acquiescai-je, un grand sourire aux lèvres et le coeur battant la chamade.》
Il s'approcha de moi, posa délicatement sa main sur ma nuque et pressa sa bouche contre la mienne. Nous nous embrassâmes pendant quelques secondes, puis nous nous écartâmes. On se regarda dans les yeux, tous deux souriants, lui parce qu'il était heureux, moi parce que j'allais enfin accéder au trône, officiellement. Et que désormais, tous plieraient le genou devant moi. Je serai toute puissante : je tenais ma vengeance.

Les jours qui suivirent furent consacrés à la préparation de la cérémonie du mariage et du couronnement. On mesura ma taille, mon tour de bassin, de tête et de taille. On me fit essayer de nombreuses robes, voiles et gants, et on essaya plusieurs maquillages différents. Je supportai toutes ces fantaisies, puisque je savais que cela ne me prendrait qu'une infime partie de mon temps et que l'apparence était importante, voir même capitale, pour les cérémonies à venir. Ainsi, cette période fut à la fois longue - j'étais impatiente d'être le jour J, et je trouvais que le temps ne passait pas assez vite - et courte tellement les journées étaient chargées ; je n'avais que peu de temps libre.
Puis vint le fameux jour. Je fus réveillée tôt, afin de me faire préparer pour la cérémonie. Glaucos était quant à lui préparé dans une autre pièce. Je ne découvrirai sa tenue qu'à la cérémonie.
Je devais être parfaite, c'était même devenu une obsession personnelle. Alors, lorsque les employées me signifièrent qu'elles avaient terminé, je vérifiai tout dans les moindres détails : mon fards à paupières était-il bien mis ? Mon trait d'eye-liner mettait-il suffisamment mon oeil en valeur ? Et étaient-ils symétriques ? Quand je fus certaine d'être maquillée et habillée à la perfection, je sortis de la pièce. Arrivée devant la grande porte d'entrée du palais, je m'arrêtai et inspirai profondément.
Allez, c'est ton jour, Scylla. Tu vas devenir reine, et tu seras en haut de la hiérarchie. C'est ce que tu as toujours voulu, non ? pensai-je. J'expirai lentement, et, faisant un signe de tête aux gardes devant la porte, je baissai la poignée et ouvris le battant droit. Les Ekoyus se chargèrent d'ouvrir entièrement la porte, et je descendis, le port altier, la tête haute et la démarche fière les quelques marches du perron. Tous les regards étaient tournés vers moi et les caméras étaient braquées sur moi. Je souris et continuai à marcher d'un pas assuré et élégant sur le chemin bordé de roses sous-marines et couvert d'un tapis rouge vermeil. Glaucos se tenait sous un arche, et me regardait avancer avec un regard énamouré, un sourire aux lèvres. Je me forçai à garder un visage souriant et enthousiaste pour ne pas trahir mon exaspération face au Djaalin. J'arrivai enfin au bout de l'allée et me plaçai devant mon compagnon. Le prêtre nous regarda et commença à parler :
《- Glaucos, roi d'Aquahana, voulez-vous épouser Scylla ?
- Oui, je le veux.
- Scylla, voulez-vous épouser Glaucos, roi d'Aquahana ? me demanda-t-il en se tournant vers moi.
- Oui, je le veux.
- Je vous déclare donc mari et femme. Vous pouvez vous embrasser, a-t-il dit.》
Nous nous sommes donc embrassés sous les vivats du public et sous les yeux du monde entier.

C'est donc ainsi que je suis devenue reine d'Aquahana, ma chère Indica. Tu sais tout désormais ! Je te prierais de brûler cette lettre, je ne voudrais pas qu'elle me compromette. Je sais que tu comprendras.

Je suis désolée de tout ce temps passé où je ne t'ai pas donné de nouvelles. J'espère que l'on pourra correspondre un peu plus souvent !

Bises,

Scylla



Après avoir rédigé sa lettre, la Djaaline la plia en deux et la glissa à l'intérieur d'une enveloppe qu'elle scella. Elle y inscrivit l'adresse et le nom de son amie puis ouvrit la porte de sa chambre. Elle héla un garde à qui elle remit la lettre en lui demandant de la déposer à un bureau de poste afin qu'elle y soit envoyée.
Scylla se dirigea ensuite vers sa baie vitrée et l'ouvrit. Elle sortit sur son balcon où elle avait vue sur le magnifique jardin du palais : anémones, posidonies et coraux de différentes couleurs le peuplait. Elle était plongée dans ses pensées, à ressasser ses bons souvenirs avec Indica, lorsque Glaucos rentra dans la chambre. Elle soupira discrètement, se retourna avec un sourire chaleureux et le rejoignit dans la chambre en lui demandant comment s'était passé sa soirée.

J'ai beaucoup aimé ton idée de leur rencontre et pourquoi Scylla est ainsi avec son mari. J'aime un peu moins la façon dont tu l'as mise en forme avec cette lettre à une amie perdue. Mais j'avoue qu'il aurait été difficile de faire autrement. Certain passage, comme le "Oui, mon bébé?" me gène un peu mais peut-être parce que ça fait pas naturel ou noble je ne sais pas. Ceci dit cela correspond parfaitement au caractère des djaa, c'est parfait ^^
Spoiler: show
Que dire, tu le sais je suis fan ♥ Petit bémol pour le concours Ponui est parfait mais cache un peu Miritea qui a perdu ses ailes. Mais sinon, quel dessin magnifique *.*

Vous remportez chacune un paladin rang 6 de ce clan
Fae. : Image
Soufflecendre : Image

Et enfin en 1ère place : Mykah avec ses 3 histoires :
Spoiler: show
~ Le poids de la culpabilité pesait sur ses épaules, rongeait ses pensées, lui meurtrissait l’âme, assombrissait sa vie… Un cauchemar récurrent venait la hanter chaque nuit, un cauchemar où son frère Yizrah se consumait de tristesse, cessait toute lutte pour rester en vie, car elle, Elàlia, sa propre sœur l’avait poignardé dans le dos en participant à la condamnation de Leora, la Djaalin dont il était fou amoureux. A chaque fois que ce cauchemar la réveillait, Elàlia se répétait comme un mantra qu’elle ne savait pas que c’était l’amante de Yizrah.
Pourtant, la culpabilité était là… Cela la rendait sombre, inquiétante, peu adaptée aux terres d’Aydo’h où elle n’avait pas sa place. Alors, elle avait pris la décision de partir pour une nouvelle contrée, où elle pourrait se refaire une vie, un nom, et peut-être, obtenir le pardon.
Rapidement, elle avait trouvé une nouvelle passion : la musique. C’était une liberté pour elle, elle pouvait oublier en chantant, elle avait juste à se tenir droite, ses ailes diaphanes repliées dans le dos, et alors, humblement, elle devenait une autre, exprimant ses sentiments et ses plus sombres pensées à travers des mélodies, des notes et des paroles.
Un jour, alors qu’elle chantonnait à voix basse, elle avait remarqué un Djaalin, majestueux, tout de glace, jusqu’au bout de ses ailes givrées. La voix d’Elàlia s’était coupée nette, son cœur s’était affolé, sa respiration s’était faite plus rapide… Ce mâle était si beau ! Si… pur !
Il ne la remarqua pas, passant son chemin comme si de rien était. Une énorme déception avait pris la forme d’une boule dans la gorge de la Djaalin… Une sensation de déchirement aussi. Était-ce cela que son frère avait ressenti avec la perte de Leora ? Non… Il avait sûrement ressentit bien pire. Elle venait de tomber amoureuse en quelques secondes d’un Djaalin qu’elle ne connaissait pas et ne reverrait sûrement jamais… Était-ce sa sentence ? Le prix à payer pour se faire pardonner ? Elle avait brisé un cœur immaculé, alors sa punition était de ne pas avoir le droit au bonheur ? Son avenir était-il d’admirer cet être de glace dans le plus grand des secrets ? Cela lui semblait bien mérité…
Les jours avaient défilés, sans revoir ce magnifique Djaalin, pourtant, il obsédait ses pensées !
Elle était tombée par hasard sur une affiche invitant les artistes à se retrouver lors d’un salon-rencontre et avait pris la décision de s’y rendre, cela lui changerait sûrement les idées. D’après les informations sur l’affiche, le salon avait déjà ouvert ses portes, alors elle n’avait pas perdu une seconde de plus pour s’y rendre. Elle était entrée timidement dans la grande salle et s’était mise à observer toutes ces créatures autour d’elle. Elle ne se sentait pas à sa place. Que lui était-il passé par la tête en venant ici ?
Elle s’était retournée vivement vers la porte qu’elle venait de franchir et s’était dirigée vers la sortie d’un pas précipité, l’avait ouvert dans un fracas et avait déboulé dehors comme une furie. Elle s’était arrêtée, avait cherché à remettre de l’ordre dans ses pensées. C’était à ce moment là qu’une patte s’était abattue sur son épaule, tendrement.
« Vous allez bien ? » dit une voix masculine, douce comme du velours.
« Oui, merci. »
« Vous êtes sûre ? Je vous ai vu, vous savez… Vous êtes partie en courant, paniquée, alors que vous veniez d’entrer… »
Elàlia s’était enfin décidée à relever les yeux.
Son cœur avait manqué un battement.
C’était lui…
C’était lui !
Et elle venait de se ridiculiser…
« Je… Je… Vais bien… Je… Vous assure… » balbutia-t-elle.
Le Djaalin l’avait observé en silence, d’un air protecteur, comme un grand frère qui prend soin de sa petite sœur. Puis il avait brisé le silence :
« Voulez-vous vous asseoir un moment avec moi ? Nous pourrions parler de nos talents, après tout si vous êtes venue, c’est que vous êtes une artiste vous aussi ! »
Elle avait timidement hoché la tête et elle l’avait suivi, alors qu’il partait s’asseoir sur un banc.
« Je me nomme Reòite, je suis peintre. »
« Je suis Elàlia… Je… chante. »
« Ah la chanson ! C’est un art merveilleux ! Je sais peindre les sentiments, mais vous, vous savez les faire ressentir ! »
Un nouveau silence s’était installé entre eux, mais il avait à nouveau été brisé par Reòite :
« Je préfère déjà vous le dire, je suis très tête en l’air et cela peut rapidement mener à de gros quiproquo, alors, je m’en excuse d’avance. Je suis né avec une âme d’artiste vous savez, je m’exprime mieux à travers mes pinceaux qu’à travers mes mots ! Ma source d’inspiration est la neige ! Il n’y a rien de si pure, de si beau et de si unique ! J’ai une muse aussi, Miritea, une Djaalin comme moi, toute de glace ! »
Le cœur d’Elàlia s’était serré en entendant ces mots.
« C’est… votre compagne ? »
« Quoi ? Oh non ! Miritea est ma sœur ! Elle a disparu… Je la cherche. Tous les jours j’espère retrouver sa trace, mais sans jamais réussir. »
« Je… Je suis désolée. Moi aussi j’ai perdu mon frère, d’une certaine manière. »
« D’une certaine manière ? »
Elle avait haussé les épaules, ne souhaitant pas s’étendre sur le sujet, puis elle avait ajouté :
« Votre quête, vous la menez seul ? »
« Oui… »
« Vous n’avez pas envie d’avoir de la compagnie ? »
« Mes pinceaux et mes œuvres m’accompagnent. »
« Peut-être pourrais-je venir avec vous, la prochaine fois ? »
« Pourquoi feriez-vous cela ? »
« Comme je l’ai dit, j’ai perdu mon frère. Cela était uniquement ma faute, et je ne suis pas sûre que ma famille pourra un jour être à nouveau réunie, mais la votre, oui. »
Reòite avait sourit et posé sa patte sur celle de Elàlia.
« D’accord. Continuons ensemble. »

Cela a été la Elàlia que j’ai rencontré, celle que j’ai connu, fragile, poursuivie par son passé et ses regrets. Malgré les tourments qu’elle subissait chaque jour, elle a été un pilier pour moi, mon seul soutien après la perte de Miritea. Elle est devenue ma nouvelle muse. J’étais tombé amoureux d’elle, sans même le remarquer. Je me suis rendu compte de la réciprocité de mes sentiments que lorsque qu’elle m’a avoué les siens… J’étais vraiment tête en l’air !
Quoi qu’il en soit, aujourd’hui Elàlia m’accompagne dans mes recherches et en retour, je la soutiens, je l’aide à affronter cette culpabilité qui l’habille.
Si je vous raconte cette histoire aujourd’hui, c’est pour vous faire comprendre que l’amour change une personne, alors, ne vous arrêtez pas sur des détails de son passé… ~

Spoiler: show
~ Une voix grave, masculine, avec une intonation mélodieuse, telle celle d’un conteur résonne :
« Aujourd’hui les enfants, en ce jour où nous célébrons l’amour, j’aimerais vous raconter une histoire, l’histoire d’un couple que rien ne prédestinait, l’histoire d’un couple que tout semblait opposer, l’histoire d’un couple qui a lutté pour être ensemble !
D’un côté, nous avions Doragon, il était très lunatique et franchement pas sociable ! Il fallait dire que son apparence n’était pas en sa faveur : du vert, des cornes, des écailles… Ces éléments faisaient de lui un Djaalin rejeté dès son plus jeune âge ! Nous pouvons donc comprendre il soit devenu désagréable et pas du tout diplomatique ! Qui pourrait lui reprocher de rejeter les êtres qui l’ont traité comme un moins que rien… ?
Pas Hanabira en tout cas ! Elle… Elle, elle était le contraire même de Doragon ! Belle, douce, emplie de couleurs tendres et d’arabesques si parfaitement réalisées sur son pelage ! Elle était pure, aussi pure que la larme d’une déesse. La rumeur dit qu’elle ne sort que la nuit, mais personne n’a encore pu le prouver, car elle est très dure à trouver…
Hanabira rêvait de voyages et de découvertes, au grand déplaisir de son père ! Pourtant son histoire commence ce fameux jour où sa mère l’a aidée à partir… Savait-elle que sa fille courrait vers son âme-sœur ? Sûrement pas…
Le temps était sombre et brumeux lorsque la Djaalin a quitté la demeure familiale, avec bien peu d’affaires. Elle a marché rapidement, sans destination, pour mettre le plus de distance entre elle et son père. Peureuse comme elle était, le moindre bruit la faisait sursauter, se retourner, se crisper… Les détails de son périple nous sont inconnus, mais nous savons qu’elle a quitté la contrée de Sandisia, où elle était née, pour arriver à Aydo’h.
Savez-vous qui habitait Aydo’h ? Nul autre que Doragon… Il vivait seul, maussade et ses lèvres ne semblaient pas avoir déjà esquissé un sourire un jour… Malgré son apparence qui provoquait souvent la peur, le Djaalin avait un charisme imposant qui s’échappait de lui presque contre son gré.
Lors d’une journée où le soleil brillait à son apogée, Doragon, qui semblait être dans une de ses phases agréables, avait décidé d’aller se dégourdir les pattes. Il avait longtemps marché, l’esprit tourmenté par ses pensées alors que ses confrères le dévisageaient lorsqu’il passait à leur niveau. Aucun ne lui adressait la parole et il ne leur retournait pas la politesse. Cela était devenu une habitude… le rejet faisait parti de sa vie. Alors, lorsqu’il croisa le chemin d’une Djaalin à laquelle il n’avait pas fait attention, il fût très étonné d’entendre résonner un « Bonjour ! ». Il avait regardé autour de lui, se demandant si elle pouvait s’adresser à quelqu’un d’autre, pourtant aucune autre créature n’était assez proche d’eux.
Pour la première fois quelqu’un l’avait salué lui.
Timidement, il répondit « Bonjour… » et le sourire que lui adressa cette femelle le laissa tout chamboulé. Elle était belle, dans ses couleurs rosées, mais… elle semblait perdue… Pris d’un élan de sympathie et de générosité qu’il ne s’expliquait pas, il lui demanda « Puis-je vous aider ? ». Elle rigola doucement avant d’ajouter « Cela se voit-il autant que je me suis totalement égarée ? ». Cette fois-ci, se fût au tour de Doragon de rigoler. C’était un sentiment enivrant !
Pour la première fois, il se sentait totalement grisé… Et c’était elle qui lui faisait cela...
Elle semblait réveiller des parties de lui qu’il n’avait jamais connu ! Ou alors, qu’il avait toujours nié… Il avait envie de lui parler, de tout lui raconter, mais surtout, il ressentait le besoin de la protéger et de l’aider ! Il l’invita à s’asseoir près d’un lac et lui demanda où elle allait. Pour la première fois, Hanabira ne ressentait plus cette peur qui l’accompagnait depuis son plus jeune âge. Auprès de ce Djaalin elle se sentait protégée ! Alors, à sa grande surprise elle s’offrit totalement à lui en s’ouvrant complètement, elle lui raconta tout, ne lui cacha rien, parlant simplement de sa vie et la raison de son arrivé ici, de sa fuite et de son père. Étrangement Doragon devient tout de suite plus protecteur et attentif, près à tout pour l’aider et pour la rendre heureuse… Il se sentait complet et calme à ses côtés. Aussitôt le récit de la belle Djaalin achevé, il l’entraîna avec lui, lui parlant d’une forêt où ils pourraient se cacher tous les deux ! Leur vie changea avec cette rencontre et leur amour, qui semblait avoir été en eux avant même qu’ils ne se rencontrent, scella leur avenir. Ensemble.
Désormais, au moment où je vous parle, personne ne sait où le couple a trouvé refuge… Il est dit que la cachette serait dans une forêt, habitée par les esprits de la nuit, là où Hanabira peut se cacher de son père. Les deux amants ne vivent que par amour pour l’autre, faisant tout pour se rendre mutuellement heureux… Et, même s’ils ne peuvent crier leur passion, tous les Djaalins ont entendu parler de ce couple mythique… Ce couple qui inspire les jeunes à prendre leur vie en main et à affirmer leur amour. Des jeunes qui sont désormais près à se battre pour vivre avec le Djaalin de leur vie, car Doragon et Hanabira sont l’exemple même que rien n’empêche l’amour ! Alors… selon vous, que pouvons nous dire de la morale de cette histoire ? »
« Il faut aimer à cœur perdu, sans retenue et sans obstacle, car l’amour est invincible ! » s’écrient les petits Djaalins, restés silencieux jusqu’à maintenant.
Le conteur hoche la tête, satisfait. Sous la cape qu’il a revêtue, deux grands yeux bleus pétillent de fierté et crient victoire. ~

Spoiler: show
~ Yizrah, mon amour. Aujourd’hui, je décide de prendre la plume en patte pour t’écrire un doux mot. Je sais que ton cœur doit s’emballer à la lecture de ces mots, pas à cause de l’émotion, mais à cause de la peur : « si cette lettre, une preuve écrite incontestable, venait à tomber entre de mauvaises mains ? »… Sûrement est-ce un acte de folie de ma part que de poser sur papier mes sentiments… Cependant je ressens le besoin urgent de le faire.
Yizrah… Quand je t’ai rencontré, tu m’as semblé être ordinaire, rien ne te différenciait, rien n’attirait le regard. Et c’est cela qui m’a attiré… Lorsqu’une créature a une coquille extérieure commune et simple, c’est souvent parce que la beauté et l’originalité se trouvent à l’intérieur. Le trésor n’était pas ton apparence, mais bel et bien ton être et ton âme. Tu sais te contenter du minimum, tu fais tout pour avoir une vie agréable, sans chercher à plaire aux autres, du moment que toi tu te sens bien et que tu es heureux. Tu ne vis que pour partager tes jours avec quelqu’un, pour aimer et être aimé…
Aujourd’hui, nous savons tous les deux qui tu aimes, même si nous ne pouvons le dire…
Néanmoins, ce n’est pas du présent que je veux te parler dans cette lettre. Je souhaiter évoquer le passé et peut-être même l’avenir !
Comme tu as pu le lire, j’ai été attirée par ton côté ordinaire, tes grands yeux innocents et le trésor qui sommeillait en toi. Tu semblais être mon opposé, un miroir me renvoyant l’image de ce que j’aurais dû, ou pu, être… Mais que je n’ai jamais été.
Nous le savons, mon passé est sombre, terré au fond de moi comme un mauvais souvenir qu’on refoule, mais qui finit toujours par remonter à la surface, au pire moment. J’ai essayé d’échapper à tout cela, de fuir ce que j’étais, sans comprendre que je ne le pouvais pas. La seule solution était d’affronter ma part d’ombres pour devenir une lumière bienveillante. Cela, c’est toi qui me l’as fait comprendre, mais surtout, c’est toi qui m’as aidé. Tu m’as soutenu, tout le temps, sans jamais faillir, sans jamais fuir, sans jamais montrer une once de dégoût en sachant ce que j’avais pu faire.
Car ton cœur n’est que bonté.
Grâce à ton exemple, aujourd’hui je suis moi-même avec le cœur sur la main, j’aide mon prochain dès que l’occasion se présente. Je suis devenu exemplaire car TU es exemplaire.
Yizrah, mon âme sœur…
Notre amour est interdit, caché et douloureux… Pourtant au fond de moi, je sens et je souhaite que nous puissions le vivre au grand jour et inspirer d’autres créatures !
Yizrah…
Je ressens ce besoin de t’exprimer mes sentiments, car l’occasion ne se présente pas souvent, je souhaite que tu saches à quel point je t’aime et à quel point je suis tienne. Si tu venais à mourir, je pourrai te donner mon cœur ! Car si tu n’es plus à mes côtés, je perdrai ma principale et unique raison de vivre. Toi. Tu m’as sauvé de mon passé, tu as délivré mon âme des griffes froides et meurtrières qui s’enfonçaient chaque jour un peu plus, tu m’as donné une raison d’être, tu m’as partagé l’envie d’aider les autres comme tu m’as aidé, tu as été le premier à m’aimer et tu es le premier que j’aime.
Tu seras le premier, le dernier, l’unique.
Mon cœur, mon âme, mon corps, tout est à toi. Je me dévoue à ta personne Yizrah. Au-delà de toutes limites, au-delà de toutes frontières, au-delà de toutes séparations physiques, je serais toujours tienne et tu seras toujours mien.
Notre avenir sera ensemble, que cela se fasse dans le secret ou sous les regards.
Aujourd’hui je ne rêve que d’une chose : passer une soirée avec toi, patte dans la patte, à regarder les étoiles, sans parler, simplement en profitant de la présence de l’autre…

Je t’aime.
Leora, ton amour. ~

Elles sont classées dans l'ordre de mes coups de coeurs. La première pour Elàlia et Reòite est parfaite, que dire de plus tout est là, son passé à elle, leur rencontre, un peu de son mystère à lui sur son passé. Enfin c'est super je n'aurait pas fait mieux et c'est exactement ce que j'attendais pour ce couple ^^ La seconde pour Doragon et Hanabira, c'est un peu pareil, je voyais Doragon un peu moins "rejeté", plus apprécié mais tout en restant très lunatique mais ça match dans l'histoire et leur rencontre et vraiment bien ainsi que leur "légende" de couple caché. J'aime beaucoup.
Pour la dernière de Leora à Yizrah, je suis plus sur la réserve car je la trouve un peu trop "gnangnan" mais c'est très personnel comme ressenti.

Tu remportes un limited saint valentin au choix : Image


Vous pouvez également retrouver vos créations sur les créatures concernées (sauf Glaucos, car je me voyais pas mettre ce genre de récit sur son "journal intime", la vérité serait enfin dévoilée ^^)
Avatar de l’utilisateur
sebhmet6
Modératrice Discord
 
Message(s) : 5675
Âge : 30
Inscrit le : 11 Avr 2014 12:43
Localisation : au pays des bisounours
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar sebhmet6 » 15 Jan 2019 19:50

Coucou, n'hésitez pas à poster que je me fasse une idée de l'intérêt du concours, de vos remarques ou vos questions ;)
Avatar de l’utilisateur
sebhmet6
Modératrice Discord
 
Message(s) : 5675
Âge : 30
Inscrit le : 11 Avr 2014 12:43
Localisation : au pays des bisounours
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar lilie94 » 15 Jan 2019 19:58

Coucou,
je vais surement participer :D
Je n'ai pas de questions pour le moment :)
Image
Avatar de l’utilisateur
lilie94
 
Message(s) : 1223
Âge : 24
Inscrit le : 01 Déc 2017 15:10
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Fæ. » 15 Jan 2019 21:16

Coucou ! :D

J'essayerais de participer, je suis déjà intéressée par l'un de tes couples pour lequel j'écrirais bien une histoire, malheureusement je ne sais pas si j'aurai le temps avec mon brevet blanc en fin de mois, et les vacances de février où je ne serais pas trop présente :?

Au cas où, on peut écrire n'importe quoi avec tes Djaalins, du moment qu'il y a au moins le couple dans l'histoire ?

Bonne soirée et merci pour avoir organisé ce concours ^-^
Peu présente du 13 au 25 août

Image
Avatar de l’utilisateur
Fæ.
 
Message(s) : 2854
Âge : 14
Inscrit le : 27 Juil 2017 15:11
Localisation : Dreamland, under the stars
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches

Messagepar sebhmet6 » 15 Jan 2019 23:21

Coucou merci pour votre passage les filles ^^
Fae. : Vous pouvez en effet écrire ce que vous souhaitez : leur rencontre, un moment précis de leur vie, un souvenir, un poème, une lettre, vous êtes libre. Cependant, sur certains djaa il y a des moments clé, vous pouvez écrire dessus tout en les respectant ou juste en en tenant compte dans votre écrit ;)
J'espère avoir répondu à ta question ^^
Avatar de l’utilisateur
sebhmet6
Modératrice Discord
 
Message(s) : 5675
Âge : 30
Inscrit le : 11 Avr 2014 12:43
Localisation : au pays des bisounours
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Fæ. » 17 Jan 2019 18:17

Coucou !

D'accord, j'ai commencé à écrire :3
Oui tu as répondu à ma question, merci ! :D

Je te rendrai sûrement quelque chose du coup :)

Bonne fin de journée ^-^
Peu présente du 13 au 25 août

Image
Avatar de l’utilisateur
Fæ.
 
Message(s) : 2854
Âge : 14
Inscrit le : 27 Juil 2017 15:11
Localisation : Dreamland, under the stars
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches

Messagepar lilie94 » 18 Jan 2019 16:00

Coucou,
petite question, Ponui doit être forcément représenté avec sa boule ?
Merci de ta réponse et bonne journée :)
Image
Avatar de l’utilisateur
lilie94
 
Message(s) : 1223
Âge : 24
Inscrit le : 01 Déc 2017 15:10
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar sebhmet6 » 19 Jan 2019 14:29

Coucou ^^

Lilie, pas forcément car dans son histoire il y a été enfermé dedans donc il a bien vécu sans cette boule ;)
Ça répond à ta question ?
Avatar de l’utilisateur
sebhmet6
Modératrice Discord
 
Message(s) : 5675
Âge : 30
Inscrit le : 11 Avr 2014 12:43
Localisation : au pays des bisounours
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar lilie94 » 19 Jan 2019 16:28

sebhmet6 a écrit:Coucou ^^

Lilie, pas forcément car dans son histoire il y a été enfermé dedans donc il a bien vécu sans cette boule ;)
Ça répond à ta question ?


oui sa répond à ma question :)
merci :)
Image
Avatar de l’utilisateur
lilie94
 
Message(s) : 1223
Âge : 24
Inscrit le : 01 Déc 2017 15:10
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Retour vers Competitions !

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)