Mon Jeu Adopter Boutiques Forum Communauté Jeux Monde Guides

Modérateurs: Modérateurs Artistiques, Modérateurs Écriture, Modérateurs RPG, Modérateurs Saloon, International Moderators

Messagepar Nao in Wonderland » 23 Avr 2018 19:10

Image


Pour commencer, je tiens à remercier Lyls qui m'a autorisé à reprendre son topic. Merci Lyls d'avoir crée ce concours, d'en avoir rédigé toutes les parties à suivre, merci pour ton imagination et nous avoir permis de partager la nôtre. Ce concours sera toujours le tien ♥ Allez câliner ses champions :mrgreen:




Bonjour, bonsoir à tous, j’aimerais ouvrir une parenthèse. Non, ça c’est ailleurs ! :lol:
Bonjour, bonsoir voudriez-vous entendre parler d’écriture ?
(Si la réponse est non, j’ai bien peur que ce topic ne vous intéresse pas)

Vous vous demandez probablement ce qu'est ce sujet ? Parce que ça n'est pas seulement un topic de concours. Nous vous offrons l'occasion de progresser en écriture. Chaque mois, vous pourrez m'envoyer des textes sur un thème et nous vous ferons des retours, dans le but de s'amuser, pas juste de gagner un lot.

Vous qui venez ici :
Il va de soi que toutes les règles du forum s’appliquent sur ce topic !
Surtout concernant la politesse et le respect je serai particulièrement intraitable !
Des textes peuvent parler de sujets qui ne vous plaisent pas. Ils peuvent êtres écrits dans un style qui ne vous plaît pas. Ils peuvent être écrits par quelqu’un que vous n’aimez pas.
Que vous soyez de passage ou un habitué aucun manquement à la politesse et au respect ne sera toléré pour quelques raisons que ce soit.


Pour le moment, les juges inscrits sont :
En vert les juges actif ce mois-ci
En bleu les juges ayant un contre-temps ce mois-ci
En barré les juges participant au concours ce mois-ci
  • Gothikadoll
  • Ombre
  • RIRICHOUX
  • Nao in Wonderland

Nous recherchons actuellement de nouveaux juges ! :D
"I'm...going to be every rose for you in eternity...You're...going to play with me for peace in the song"
Image

本を抱いていた 「崩れかけていた」 忘れたかった 「逃げ場さえ無かった」
Avatar de l’utilisateur
Nao in Wonderland
 
Message(s) : 26381
Inscrit le : 02 Août 2013 20:09
Localisation : Where dreams come true
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Nao in Wonderland » 24 Avr 2018 21:07

Les règles


Premièrement, si vous ne suivez pas les règles du topic, au bout du troisième avertissement, vous serez bannis du concours de manière définitive. 1, ça passe, 2, va encore, 3, adieu, merci.

Concernant les textes, après quelques réflexions sur les différents logiciels et sites d’écriture j’ai décidé de partir sur une base fixe et universelle : les textes, peu importe le type, devront être compris entre 100 et 800 mots. Rallonge exceptionnelle jusqu’à 1000 mots tolérée. il n'y a plus aucune limite du nombre de mots. Cependant, n'en faites pas 20 pages non plus, sinon nous n'aurons pas le temps de tout lire :lol:
Les textes devront être finis. C’est-à-dire que l’histoire devra se suffire à elle-même. Le texte ne devra ni être un bout de quelque chose que vous écrivez déjà, ni s’arrêter en pleine action, ou sans avoir répondu à toutes les questions que vous avez soulevées.
Si, ultérieurement vous voulez vous en resservir pour vous-même, libre à vous. ^^

Concernant les thèmes, je pars sur une moyenne de trois par mois.
Plus ou moins restrictifs et vous ne pouvez choisir qu’un thème par mois.
Sauf indication contraire, tous les styles, toutes les formes, tous les sujets et tous les genres sont acceptés.
Par contre, vu qu’avec les résultats, tous les textes reçus seront affichés, ils doivent tous répondre aux normes du forum et plus précisément aux règles indiquées dans la section « Écrivain en Herbe » si vous avez un doute vérifiez « ici », merci ! ^^

Les résultats :
Après réflexion nous avons décidé que si une seule participation était rendue, il n'y aurai pas de vainqueur. Nous nous réservons aussi le droit en cas de peu de participations et en fonction de celles-ci, qu'aucun texte ne l'emporte sur l'autre.

Le mois sera découpé de cette manière :
Du 1er au 25 - 12h, vous écrivez et rendez votre texte. (À 13h je n’accepte plus les textes) Vous devrez m’envoyer les textes par MP avec le titre « Imagination - le nom du thème choisi ». Prenez le temps de relire et retravailler, c'est important.
Du 25 - 13h au dernier jour du mois - 12h, les juges lisent, commentent vos textes et désignent le vainqueur.
Le dernier jour du mois, dans l’après-midi (jusqu’à 00h) je poste les résultats et donne les prochains thèmes.

Il n’y a donc pas d’inscription, ça gâche du temps… :lol: La liste des participants sera remplie au fur et à mesure que je recevrai les textes.
"I'm...going to be every rose for you in eternity...You're...going to play with me for peace in the song"
Image

本を抱いていた 「崩れかけていた」 忘れたかった 「逃げ場さえ無かった」
Avatar de l’utilisateur
Nao in Wonderland
 
Message(s) : 26381
Inscrit le : 02 Août 2013 20:09
Localisation : Where dreams come true
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Nao in Wonderland » 26 Avr 2018 21:37

Les participations


Rappelez-vous qu’il n’y a rien qui vous oblige à lire le travail des autres et les autres ne sont pas obligés de lire vos textes non plus.
D’ailleurs si vous ne souhaitez pas avoir d’avis autre que celui des juges vous pouvez le préciser. ;)
Pour le reste, tout avis constructif sera le bienvenu.

Vous pouvez maintenant retrouver les anciens thèmes dans la partie "libre services"! ^^


Les thèmes de Mai

Liberté
Pas de restriction

Ecologie
Pas de restriction

Pastiche
Une petite explication par Riri : "pas dans le sens imiter le style d'un auteur, mais tromper le spectateur ; nous faire croire tout au long du texte que la situation concerne une montagne et en toute conclusion, réaliser que l'on parlait d'une fleur par exemple".




Listes des personnes ayant rendu un texte ce mois-ci :
  • ?
  • ?
  • ?
  • ?
  • ?


Les résultats d'Avril sont :
Ryuuchan - Songes d'une journée d'étude (Rêve)

Spoiler: show
La novice Hame fut tirée de son rêve par un étrange murmure. Un chuchotement discret qui avait d’abord fait partie du songe puis l’en avait tirée. Elle frotta ses yeux embués de sommeil et jeta un œil sur sa table de travail. Si maître Aurèle apprenait que le manuscrit sur lequel elle travaillait venait de lui servir d’oreiller, elle en entendrait parler pendant des lustres.

Hame tenta de rassembler ses pensées afin de reprendre le cours de ses recherches. Etudier un livre d’intendance vieux de plusieurs siècles était bien le cauchemar des étudiants de première année.

Le gong du déjeuner la tira de sa lecture ; elle n’en fut pas fâchée, ses paupières se faisaient à nouveau de plomb. Le réfectoire était bondé lorsqu’elle y descendit. La novice retrouva Alois et Rigante, attablés dans un coin de la salle. Tous deux étaient de trois ans ses ainés lorsque Hame était arrivée à la Bibliothèque, et constituaient son plus proche entourage. Le premier, grand, brun, la mâchoire carrée, un début de barbe masquant à grand peine des marques de petite vérole, était apprenti chevalier. Il avait grandi avec elle dans le village voisin, et Hame le considérait comme son grand frère. A moins que ce ne fût l’inverse. La seconde, potelée, de taille moyenne, brune elle aussi, l’avait aidée et guidée dès les premiers mois de son noviciat.
Nombreux étaient les villageois désireux d’entrer dans les rangs de la Bibliothèque, dans le but premier d’échapper à la pauvreté, mais peu parvenaient à décrocher le droit d’en porter l’emblème, la prestigieuse Carpe pourpre. Les conseils de Rigante avaient été précieux. Hame, comme beaucoup, fondait de grands espoirs dans son apprentissage afin de subvenir aux besoins de sa famille. Le commerce et la fabrication des encres ne permettaient guère de vivre si l’on n’avait pas d’aptitude ou de savoir-faire particulier à proposer : tous les hameaux proches de la Bibliothèque s’étaient plus ou moins spécialisés dans les denrées utiles à cette dernière. Les quelques artisans capables de fabriquer les précieuses encres vivantes étaient les seuls à vivre convenablement.

Alois se décala de quelques centimètres pour faire place à la jeune femme, tandis qu’un rire discret s’échappait des lèvres de Rigante.

– Tu es sûre que tu travaillais ? interrogea son amie en tendant une main vers la chevelure de Hame. Tu n’as pas plutôt fait le mur pour retrouver une galante compagnie ?
La novice leva les yeux au ciel, avant de froncer les sourcils devant les quelques feuilles et brins d’herbe que lui tendit Rigante.

– Non, je…

– Tu en as plein ta chape, la coupa Alois.

Hame secoua son vêtement et constata les faits.

– Je vous jure que j’ai passé la matinée complète sur ce fichu livre de comptes de l’intendant Ruyelle.

Devant la mine sceptique de ses deux vis-à-vis, elle ajouta :
– Je me suis endormie dessus, pour tout vous dire.

– Que dois-tu faire exactement ? demanda Rigante.

– Comme d’habitude : l’analyser afin de vérifier s’il n’y a pas eu commerce d’objets magiques dont la Bibliothèque n’aurait pas eu vent. Et comme d’habitude, tout le monde sait que les manuscrits confiés aux étudiants de première année sont parfaitement normaux et ne recèlent rien de particulier.
Rigante secoua la tête.
– Détrompe-toi, cet exercice a une double fonction, une pour la Bibliothèque et une pour ton apprentissage. Comme tu le sais, les livres de compte sont très nombreux, et la multitude des étudiants est plutôt pratique pour cela. Et, toi, cela t’habitue aux normes de rédaction de ce type de manuscrit.
Hame soupira.

– Je sais bien. Il n’empêche que cela reste une tâche fastidieuse et ennuyeuse. Au moins on comprend que cela serve à faire un premier tri parmi les étudiants de première année… Vous m’excuserez, j’y retourne. J’ai pris du retard avec ma sieste impromptue.

– Hé, tu as à peine touché à ton repas, fit remarquer Alois.
Avec un haussement d’épaule, Hame fit glisser son assiette vers lui et les quitta après leur avoir adressé un bref signe de la main.

* * * * *
Une fois sa cellule regagnée, Hame débarrassa distraitement sa chape des quelques végétaux qui la parsemaient encorepuis s’installa auprès de l’ouvrage. Il s’agissait d’un livre en parchemin, relié de cuir, qui avait manifestement servi fidèlement ses précédents propritéiares au vu de son piètre état de conservation.

La novice reprit sa lecture là où elle l’avait arrêtée. Au bout de quelques minutes, l’ennui la gagna à nouveau. Les lignes de compte se mêlaient les unes aux autres, la description des achats, de leur quantité et de leurs prix dansaient devant ses yeux. Sa vue commençait à se brouiller, quand une vrille de lierre rampant apparut sur le bureau et entama une lente reptation vers le manuscrit. Hame sursauta. Une odeur d’humus et de mousse flottait dans l’air, de l’herbe envahit les rainures de bois, se propagea sur le plateau du bureau, sur le livre. Le chuchotement qui l’avait tirée du sommeil juste avant le déjeuner reprit en une entêtante litanie. Un murmure ininterrompu, liquide et clapotant comme de l’eau. Un parfum de lys, capiteux, lancinant, emplit la pièce.
Hame se leva en repoussant brusquement son siège, chancela, les yeux écarquillés. Sa chaise vacilla ; le son du bois sur le sol claqua à ses oreilles.

La novice reprit ses esprits. Elle regarda autour d’elle. Elle se trouvait par terre. Plus aucune trace végétale ne subsistait. Sa chute l’avait tirée d’un nouveau songe, manifestement plus agité que le précédent. Elle se redressa, inspecta ses vêtements, ses cheveux, mais n’y trouva rien. L’odeur du lys était toujours là en revanche, imprimée dans ses sinus, presque douloureuse. Dans un froncement de sourcils, la novice referma le livre et le repoussa dans un coin. Elle reprendrait son étude plus tard. Maître Aurèle l’avait sollicitée pour l’aider dans le jardin des simples et prendre l’air ne lui ferait certainement pas de mal.


* * * * *
Le soir venu, Hame retrouva sa chambre avec soulagement. Elle était fourbue et son dos ne se privait pas de lui faire payer les seaux d’eau transportés à travers la cours, le désherbage intensif et les multiples tâches que lui avait confiées son maître. Bon gré, mal gré, elle tira sa chaise et s’y installa. Aurèle lui avait rappelé que le manuscrit Ruyelle devait retrouver les étagères dès le lendemain, et il entendait qu’elle eût fini son étude en temps et en heure.

Hame reprit donc sa lecture et égrena machinalement, à voix basse. Deux setiers de blé de bonne qualité, cinq boisseaux de froment, un muid d’avoine, deux setiers de vin du Lagon… Nul artefact, nul objet sortant de la norme. Rien que de très normaux et rigoureux comptes-rendus de métairie.

L’heure du Loup approchait, et elle poursuivait son énumération. Ses yeux papillotait d’une ligne à l’autre. Ses paupières se mirent à tressauter. Son esprit continuait de lui chuchoter les écrits de Ruyelle. Peu à peu les mots se déformèrent et prirent une consonance étrange pour ne ressembler à aucun langage qu’elle connût.
L’herbe envahit de nouveau sa cellule, de manière beaucoup plus vive que lors de son rêve précédent. Du lierre enveloppa les pieds de son bureau, de sa chaise, effaça les murs. Des parfums de nature s’élevèrent à nouveau. Une odeur de pétrichor, prenante, violente, chaude, pleine des promesses de la terre. Une brise légère se leva, puis se transforma en bourrasques qui vinrent éparpiller sans ménagement les parchemins présents sur le bureau. Les pages du livre folayèrent comme si une main fébrile était venue les balayer, à la recherche d’un renseignement urgent.

Hame se retourna. Elle rêvait. Elle le savait. Mais la présence de ce songe s’imposait à elle de manière pesante. Elle se retourna. Au-delà du seuil de sa cellule, le couloir avait disparu. Un paysage d’extérieur avait remplacé les bâtiments de la bibliothèque. Un paysage caricatural, aux couleurs très – trop – marquées. Un ciel bleu azur, un gazon vert pomme. Et face à elle, un arbrisseau maladif, aux feuilles recroquevillées. Hame s’approcha et s’accroupit près du végétal moribond. En arrière-fond, elle entendait, toujours ces mots bizarres. Brusquement, le ciel s’assombrit. Le sol se mit à trembler par à-coups violent. Le paysage devint flou, puis le rêve prit fin dans un fondu au noir sans appel.


* * * * *
La novice Hame fut tirée de son rêve par un étrange murmure. Un chuchotement discret qui avait d’abord fait partie du songe puis l’en avait tirée. Elle frotta ses yeux embués de sommeil et jeta un œil sur sa table de travail.
Et elle sursauta. Point de table de travail mais le visage buriné et souriant de maître Aurèle, parsemé de rides et de taches de vieillesse. Derrière lui, les silhouette d’Alois et de Rigante. Aurèle laissa échapper un petit rire de réponse à la question muette de sa novice. Dans ses mains tavelées, Hame vit un livre. Un vieux livre en parchemin mal conservé, relié de cuir.

– Jolie trouvaille, ma chère, commença le vieux Bibliothécaire.

– Ce… livre de compte ? bégaya Hame.

– Précisément. En fait, c’est un peu plus qu’un livre de compte.
Le vieillard lui tendit l’ouvrage, ouvert à une page précise. Hame y distingua des fragments de texte très pâle. Lorsqu’elle essaya de les lire, elle ne reconnut pas les mots. Le tracé était différent de celui de Ruyelle, et pourtant il s’agissait bien du même livre, quoi que le parchemin eût une texture également différente de celle à laquelle elle était habituée.

– Vous aviez entre les mains un ouvrage palimpseste, expliqua maître Aurèle. Et par la même occasion, un ouvrage de grande valeur, bien qu’il ne semblait pas considéré comme tel il y a quelques siècles.

– Palimpseste ? répéta la novice.

– Un palimpseste désigne du parchemin que l’on a gratté pour récrire par-dessus, intervint Rigante. Comme le processus de fabrication du parchemin est long et onéreux, les textes jugés peu utiles sont effacés, et leur support est réutilisé.

Aurèle acquiesça.
– Reste à comprendre ce qui s’est réellement passé dans les dortoirs, fit Alois.

– Comment cela ?

– Ma chère Hame, reprit maître Aurèle, il semblerait que votre lecture de cet ouvrage ait permis plusieurs révélations. La première étant que, votre lecture vous ayant plongée dans un état d’auto-hypnose, vous avez ouvert inconsciemment votre esprit au texte sous-jacent à celui de Ruyelle. La deuxième révélation y est étroitement liée : il semblerait que vous ayez des prédispositions à la pratique magique, ce qui explique votre double exploit : celui de lire ce texte, et celui de vous en faire le catalyseur pour réaliser votre œuvre dans le dortoir.

– Mais quelle œuvre ? s’énerva Hame, qui commençait à sentir que les événements avaient sûrement dérapé plus qu’elle ne l’imaginait.

– Levez-vous et suiviez-moi, l’invita Aurèle. Doucement, je ne voudrais pas que vous vous sentiez mal.
Hame, aidée par l’épaule solide d’Alois, s’arracha des couvertures et passa le seuil de l’infirmerie. Dehors, le soleil brillait. Le jardin des simples fraîchement entretenu voyait ses jeunes pousses vert tendre offrir leurs feuilles à l’astre du jour. Les murs de la bibliothèque commençaient à emmagasiner la chaleur. Mais, surtout, trônant au milieu de tout ça, vraisemblablement responsable de l’effondrement d’une partie du rempart, un immense chêne avait crevé le plafond du dortoir. Il étalait sa ramure, serein et majestueux, au-dessus des pans de la Bibliothèque qu’il n’avait pas détruit.

Aurèle se tourna vers Hame.

– Troisième révélation, vous avez découvert un chant à la gloire de la déesse Eostre, tombée en désuétude il y a des siècles. Déesse de la nature et du renouveau, il semblerait qu’elle vous ait accordé sa protection.

Un sourire malicieux se dessina sur les traits du vieillard.

– Et rien que pour cela, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre de telles potentialité.

Avec des gestes d’une grande douceur, Aurèle drapa les épaules de la jeune femme dans sa chape. Et, d’une main sûre, il y épingla la Carpe pourpre de la Bibliothèque.

– Vous avez votre place assurée à la Bibliothèque, Novice Hame. Soyez la bienvenue.

Ce que nous en avons pensé :
Spoiler: show
Ombre : J'ai appris des mots avec ton texte, ça faisait bien longtemps que ça ne m'était pas arrivé ! J'ai trouvé quelques petites fautes, mais rares. Par contre, ton choix de vocabulaire me laisse perplexe...
Apparemment "foleyer" signifie "perdre la raison" en patois ventéen (d'ailleurs, Google ne rend rien pour "folayèrent", j'ai dû utiliser un autre navigateur et un autre mot). Mais alors entre le fait que le terme est probablement inconnu de 99% de la population et ton utilisation figuée du verbe - qui le rend donc encore plus difficile à percevoir -, je m'interroge sur la pertinence de son usage. J'ai complètement décroché de ton texte en en cherchant la signification, par exemple. Déjà que j'avais laissé passer "boisseaux" et "muid" en me disant qu'il s'agissait d'unités de mesure désuètes...
En fait, je suis très partagée. Je l'ai trouvé très bien écrit - je pense que tu écris mieux mieux que moi d'ailleurs, du coup, ce n'est pas évident de te faire un retour constructif - mais pas très accessible. Tu proposes un univers assez intéressant mais il semble riche sans pour autant que tu ne l'exploites. Tu ne nous laisses pas sur trop di'nterrogations et ton texte se suffit à lui-même (deux bons points) mais je suis frustrée parce que je n'ai pas l'impression que le format te soit adapté.
Autrement dit, j'ai une sensation de maladresse. Je ne sais pas si tu écris beaucoup mais clairement, un format court comme celui que nous demandons me semble assez peu adapté à ton style. Tu serais probablement plus à l'aise sur un texte plus long, qui permette notamment au lecteur de se familiariser avec ton style et qui t'autorise à enrichir les curiosités de ton univers.
Après sur le thème lui-même, je suis un peu partagée également. Finalement, le rêve lui-même n'est pas complètement traité. La plupart de l'histoire se déroule lorsque ton personnage est conscient. Après, je me permets clairement d'être exigente sur mes remarques parce que ton texte est d'un excellent niveau ;)

RIRICHOUX : amusant ce parti pris, et bienvenue pour ainsi dire. Ce que j'ai apprécié, c'est cette invitation dans ton univers, un moment pioché au hasard dans tout un contexte autre. C'est plutôt confortable parce que cela permet de mettre plein d'éléments que le lecteur ne saisit pas mais que tu n'as pas à développer dans un texte aussi court comme c'est présenté comme une parenthèse. C'est bien, tu n'en as pas abusé donc la lecture est fluide et agréable. C'était rafraichissant et ton style est très équilibré, les descriptions sont suffisantes et nul besoin de plus, c'est une simplicité vraiment bien menée et un ton léger très agréable. Je pense cependant qu'il ne faudrait pas ajouter plus de mystère pour un texte de ce calibre, c'est très bien dosé, mais veille à ne pas en faire plus, sinon tu risquerais de perdre l’intérêt du lecteur qui va vouloir en connaitre plus et restera frustré de ne pas comprendre l'univers.

Gothikadoll : Lire des livres de comptes.... effectivement c'est un sacré cauchemar, et pire, on ne s'en réveille pas de ceux là XD Mais ce n'est pas commun de faire pousser un vrai chêne en s'endormant à moitié sur un ouvrage aussi long que lourd à lire :joy:
J'ai bien aimé que la pauvre Hame s'y soit repris à 3 fois (au moins) pour lire ce pavé, et que la 3e fois seulement elle ait été assez dans le coaltar pour ne pas être réveillée par le sort qu'elle était inconsciemment en train de lancer.
Mêler rêve et réalité ça n'est pas simple, ça perd un peu à la lecture parfois, mais tu as bien réussi à gérer grâce au fait qu'on explique à ton personnage que ce dont il a rêvé n'était en fait pas vraiment un rêve.



thiehf - Chasse au trésor

Spoiler: show
- Tout le monde en ordre de marche dans 5 minutes !

A peine l’ordre retenti que la troupe s’ébroua presque efficacement, chacun organisant son paquetage au plus vite et se redressant. Il était l’heure. Les aventuriers se mirent en rangs quelque peu chaotiques devant Jarod, le chef.

- Pas mal, pour une troupe de bleus ! »se gaussa le vétéran en voyant l’énergie brouillonne de ses effectifs. Quand tout le monde fut à peu près devant lui, il bomba le torse et haussa le ton :

- Quelles sont les règles de la chasse aux œufs ?
- Rapidité, discipline et collectif !
- Pourquoi devons-nous être rapides ?
- Parce que nous devons prendre le maximum d’œufs !
- Pourquoi devons-nous être disciplinés ?
- Parce que le danger rôde !
- Pourquoi devons-nous être collectif ?
- Parce que vous tuerez le premier qui essaye de voler un œuf pour lui-même !

Jarod sourit. Le rituel avait bien fonctionné, sans accroc. Il aimait bien les nouveaux, bien obéissants, encore naïfs.

La troupe se mit en route dans un ordre relatif, Jarod à leur tête. Ils chantaient, enthousiastes, joyeux comme des enfants allant chercher leurs œufs en chocolat… Sans même se demander pourquoi il n’y avait pas de vétérans dans la troupe. Ah, l’appel de la gloire !

Jarod menait le défilé sur son chariot aux coffres encore vides, bientôt remplis. Ses chevaux étaient rapides et robustes, assez fort pour tirer le chariot plein et distancer ce qui les poursuivrait au retour. Cela faisait cinq ans qu’il faisait cette route et il était confiant, serein. Il ne discutait pas avec les nouveaux, cela ne servait à rien de sympathiser avec ceux qui allaient mourir.

Ils arrivaient en vue de la grotte et Jarod sifflotait tranquillement, un sourire sur les lèvres.

-----

Cette année, elle en avait assez. Cette année, pas un ne toucherait à ses précieux œufs. Elle savait comment cela se passait, l’armée arrivait, des paniers aux bras et se ruait dans les méandres de la grotte et elle n’arrivait jamais à s’en défaire un par un, ils courraient comme des cafards, grouillaient, s’emparaient de ce qui n’était pas à eux…

Cette année, elle en avait assez, cette année, elle les défendrait.
Elle s’était mise en embuscade dans la forêt voisine, cachée comme elle le pouvait sous les arbres… Quand elle vit la poussière de la troupe, à portée, elle bondit !

La dragonne prit son envol.

-----

Le roi attendit en vain cette année. Personne ne lui amena ses œufs de dragon. Personne ne revint. Peut-être y réfléchirait-il à deux fois avant de voler les enfants d’un saurien grand comme une montagne...

Ce que nous en avons pensé :
Spoiler: show
Ombre :Ouh ! Je m'attendais à un texte bien plus long ! Voilà qui m'a surprise ! Et étrangement, j'ai beaucoup aimé x) C'est un peu glauque, forcément vu la chute mais... En fait, c'était très très original x)
Bon par contre, même en relisant soigneusement, je ne me défais pas complètement de l'idée que tu as écrit ton texte rapidement. Tes constructions de phrase étaient plus riches sur ta dernière participation, j'ai l'impression. Ou peut-être que je me trompe et que c'est seulement lié au format que tu as choisi ?
Je n'ai pas grand-chose à dire d'autre ^^' C'est succint mais précis, on comprend finalement bien l'univers du récit, on ne s'y perd pas, tu as ta pointe d'originalité que j'aime... Il manque un truc mais je suis incapable de te dire quoi ^^'

RIRICHOUX : je dirais que la chute est surprenante et c'est ce qui fait la force du récit, mais avec sa taille, je dois admettre que je n'ai pas assez matière à tergiverser sur le style, la tournure et la forme de manière générale. La surprise est là cependant, avoir les différents points de vue est appréciable, je dois dire que la conclusion amène une amertume bienvenue, dans un texte aussi court, pour maintenait le suspens jusqu'au bout, tu peux tout à fait épaissir le mystère pour que le lecteur ne se doute de rien avant le dernier paragraphe pour produire un effet encore plus puissant mais c'est déjà très bien pensé.

Gothikadoll : C'est intéressant de prendre cette histoire de chasse aux oeufs autant au sérieux. Et c'est tout aussi intéressant de donner 3 points de vue dans l'histoire (le chef des chevaliers, la dragonne et le roi)
Les humains sont particulièrement horribles dans cette histoire, et particulièrement naïfs. Ça me rappelle un court métrage que j'ai vu sur Youtube il y a quelques années qui est un peu dans le même style (pas avec un vol d'oeufs mais avec la même cupidité stupide des humains face aux dragons pour initier l'histoire)

Côté dragonne, la dernière phrase est peut-être de trop, se finir sur "elle bondit" résume assez bien la situation délicate dans laquelle se trouve la troupe de joyeux jambons.

C'est court, rapide, efficace, et je ne plains pas le roi XD


Mykah - Rêve

Spoiler: show
~ Un filet de sueur froide coula le long de son cou massif. S’il avait pu avoir la chair de poule, il l’aurait eu… Mais à la place, ses écailles se hérissèrent brusquement et ses ailes frémirent. Ses pattes griffues et poilues se refermèrent précieusement sur son lapin en peluche, le serrant avec force et délicatesse à la fois. Il se recroquevilla sur lui-même, apeuré.
ℙɨℓɠяɨ₥₥ était un être timide et fragile, sans défense, qui adorait se blottir avec sa peluche, auprès de personnes aimées, rassurantes. Il avait besoin de chaleur, d’attention, ne supportant pas la solitude… Et voilà qu’il se retrouvait plongé dans un monde sans vie, seul, isolé et avec la déplaisante impression d’avoir été abandonné de tous…
Il frissonna à nouveau, son corps massif ratatiné sur lui-même.
Une plainte s’échappa de son museau tremblant.
« Maman… », gémit-il.
Il resta prostré ainsi durant un court moment qui lui sembla pourtant durer des heures. Des heures terrifiantes ! Dans la chaleur moite des lieux, ℙɨℓɠяɨ₥₥ sentait ses poumons le brûler, oppressés par l’odeur, la chaleur et la sensation cendreuse qu’il avait dans la gueule. Mais, surtout, ses poumons étaient comprimés par l’angoisse qui sourdait au creux de ses tripes.
Il mit un long moment avant d’avoir le courage de se lever. Il prit son lapin en peluche dans la gueule, et les quatre pattes tremblantes, il se décida finalement à avancer dans ce monde désert à petits pas prudents.
Heureusement, les lieux n’étaient pas plongés dans une nuit obscure, au contraire, le ciel était empli de couleurs : du bleu, du vert, de l’orange, du jaune… Sans parler de cette étonnante sphère, mi-lune, mi-soleil, qui dardait ses rayons sur le sol craquelé où les grosses pattes se posaient ! Il se sentit légèrement soulagé, par les couleurs rassurantes et la lumière émise par l’immense sphère flottant dans cet étrange ciel.
ℙɨℓɠяɨ₥₥ continua son excursion, aux aguets. Ses yeux parcouraient avec attention chaque parcelle de sol, veillant à l’endroit où il poserait sa prochaine patte. Chaque mouvement soulevait un nuage de poussière, chatouillant ses narines et lui laissant une sensation cendreuse sur la langue et dans la gorge. Sa respiration, profonde et rapide, lui donnait l’impression d’inspirer bien trop de poussière…
Et si cela atteignait ses poumons ? Et si cela l’étouffait ?
Il gémit à nouveau, un son étouffé par sa gueule solidement fermée sur la peluche et bien décidée à ne pas la lâcher. Il essaya de se forcer à respirer plus lentement, mais la panique grandissante lui faisait l’effet inverse, son souffle devant irrégulier, rapide. Rien ne semblait pousser sur ce sol désertique : aucune plante aux environs… Rien ne semblait non plus y vivre… Il ne savait pas si cela devait l’angoisser ou le réconforter… Il ne tomberait sur aucune créature étrange voulant sa mort, mais, d’un autre côté, s’il n’y avait rien en ces lieux, cela signifiait que l’endroit n’était pas viable…
Désormais convaincu que la poussière allait le tuer, en l’étouffant ou en l’empoisonnant, des larmes de terreur se mirent à couler de ses yeux.
Il attrapa sa peluche sur sa patte, libérant sa gueule, et se mit à hurler :
« Mamaaaaaaaaaaaaan ! Maman !!!! Où es-tu ? »
L’écho se répercuta en ces lieux sans vie.
« Papaaaaaaaaaa ! »
À nouveau, seul le résonnement de sa propre voix retentit entre les montagnes hostiles.
Il pleurait désormais à grosses larmes, la gorge serrée, la poitrine oppressée par un poids invisible.
Où était-il ?
Comment était-il arrivé là ?
Comment allait-il repartir ?
Le pouvait-il… ?
Un flot insistant de questions, des mots faisant finalement jaillir le doute dans son esprit.
Qu’elle était donc la dernière chose dont il se souvenait ?
Ses parents, évidemment…
Sa mère, qui frottait affectueusement son museau contre le sien avant de lui souhaiter une bonne nuit.
Son père, qui lui tendait la bien-aimée peluche, sans laquelle il ne pouvait dormir.
Il avait fermé les yeux, réconforté par la présence si proche de sa famille.
Puis…
Plus rien.
Il avait rouvert les yeux dans ce monde étrange, l’odeur de ses parents n’étant plus qu’un lointain souvenir dans ses pensées tourmentées…
ℙɨℓɠяɨ₥₥ inspira profondément pour se calmer, éternuant aussitôt après à cause de la poussière environnante.
S’il avait pu arriver ici, il pourrait en repartir ! Il en était certain désormais !
Une flamme s’alluma au creux de son ventre, brûlant avec une ardeur nouvelle.
Il venait de se découvrir un courage qu’il ne se connaissait pas…
Alors, la tête haute, il se redressa de toute sa hauteur, déjà très imposante malgré son jeune âge. Une détermination nouvelle brillait au fond de son regard doré.
Il saisit à nouveau son lapin dans sa gueule et reprit sa marche.
Il allait continuer, jusqu’au moment où il trouverait la sortie ! Il retrouverait ses parents !
Son périple commença, et s’allongea, sans qu’il puisse réellement évaluer l’avancement du temps : la luminosité ne changeait pas, la position de l’astre non plus, tout était figé comme dans une peinture.
Ses pattes, cependant, faiblissaient, lui indiquant qu’il avait déjà parcouru de longues distances…
Le sol se craquelait de failles, comme sa détermination.
Des branches nues et menaçantes émergeaient de ses fissures, sans que ℙɨℓɠяɨ₥₥ n’ose s’en approcher. Elles étaient la première forme de vie qu’il voyait depuis son arrivée ici et cela le soulagea tout légèrement, cela voulait donc dire que la terre était viable et que non cette poussière n’allait pas l’empoisonner. L’étouffer, par contre… il ne savait toujours pas.
Puis son regard repéra une nouvelle forme, au milieu du terrain plat qu’il parcourait depuis un long moment.
Une tige, violette, surmontée d’un capuchon arrondi, violet.
Un champignon ?
Il s’en approcha, curieux. Contrairement aux branches qu’il avait aperçues peu avant, ce champignon ne lui inspirait aucune peur. Pourtant, en s’approchant, il constata que c’était un champignon étonnamment gros… Il s’arrêta tout près et approcha sa tête pour renifler avec précaution cette étrange apparition… Son regard, qui était au niveau du capuchon, se retrouva soudain face à deux autres yeux, énormes, globuleux. ℙɨℓɠяɨ₥₥ poussa un hurlement de terreur, lâchant son lapin en peluche ; fit un bond en arrière, son cœur manquant un battement. Il voulu tourner les talons, partir en courant le plus loin possible de ce champignon-vivant, mais la pensée de son lapin abandonné le retint. Il se retourna, très lentement, affrontant à nouveau le regard du champignon, puis parcourant le sol de ses yeux vigilants pour trouver son lapin.
Où était-il donc tombé ?
Il le vit alors… Son cœur se figea, cessant de battre durant de longues secondes.
Une des oreilles de la peluche émergeait d’une fissure dans le sol. La fissure même dont sortait aussi le champignon, qui avait désormais baissé ses yeux vers le lapin.
Une bouche émergea sur la tige du champignon, révélant des dents pointues, et ℙɨℓɠяɨ₥₥ se jeta en avant, déterminé à récupérer sa peluche avant que le champignon ne la dévore !
Dans sa précipitation, il fonça droit sur le champignon, le déracinant et l’envoyant voler au loin.
Au même moment, la faille dont émergeait avant le champignon s’agrandit brusquement, comme si elle avait simplement attendu ce moment avant de dévorer les deux inconnus : ℙɨℓɠяɨ₥₥ et son lapin. Ils tombèrent la tête la première, dans un néant macabre, les ailes du jeune Neptulys figées par la peur et avec l’impression que cette chute ne cesserait jamais. ℙɨℓɠяɨ₥₥ hurlait, sans pouvoir s’arrêter, une terreur inexplicable et inavouable le brisant de l’intérieur. Pourtant, ce n’était pas tant la chute inexorable qui lui faisait peur… mais la perte de son doudou.
Cette pensée sembla réveiller quelque chose en lui et le Neptulys se redressa brusquement.
Il était dans sa couche, en sécurité dans son nid, sa peluche blottie contre lui, mais l’impression de chute libre ne le quitta pas avant de longues secondes.
Son souffle ne se calma pas avant de longues minutes.
Et ses pattes ne cessèrent pas de trembler avant qu’il n’ait rejoint la couche de ses parents pour se blottir contre eux, et sombrer dans un sommeil paisible cette fois-ci.
Il poussa un soupir de soulagement, heureux que cette aventure n’ait été qu’un affreux cauchemar. Pourtant, avant de sombrer à nouveau dans le monde des rêves, eut le sentiment que quelque chose avait changé en lui.
Il ne mit pas la griffe dessus, pourtant le changement était là.
La flamme de courage et de détermination qui s’était allumée en lui, lors de son cauchemar, brûlait toujours au fond de son ventre, timidement, mais toujours là… ~

Ce que nous en avons pensé :
Spoiler: show
Ombre : J'ai mieux aimé ce texte que d'autres que tu nous as proposés ;)
Alors sur les corrections que je te suggère, tu as aussi une répétition de "sensation cendreuse" et je te proposerais de varier un peu plus les appellation pour la peluche lapin. Surtout au début, ces deux mots sont accolés, tu aurais pu varier un peu plus. ton vocabulaire (doudou, ami, lui donner un nom, etc.)
Ensuite, tu nous as demandé nos émotions. Je l'ai lu avec un peu de fatigue donc ça n'était pas très exacerbé, mais j'ai plutôt retrouvé la sensation d'inquiétude angoissée. Une pointe de panique lorsqu'il appelle ses parents. J'ai beaucoup aimé le revirement de ses émotions, quand il reprend espoir. Manque un peu d'explications, même si elles se devinent à peu près. J'ai bien senti cette flamme de volonté. Par contre, après, pas grand-chose. Un peu de curiosité, bien sûr, sans plus.

Si ce texte estvraiment important - ce que je suppose - je peux peut-être te faire une lecture plus point-par-point avec les suggestions même mineures que l'on pourrait apporter ? Parce que tu peux enlever des mots inutiles, à certains endroits, pour rythmer ton récit differemment, par exemple, et mieux marquer les émotions.

Le thème est très bien traité pour moi et j'ai bien aimé qu'il ait une utilité pour la créature ^^

RIRICHOUX : en ce moment ce que je recherche, c'est l'excitation des sens et le début a vraiment comblé cela, c'était très juste et très précis dans les émotions et les sensations, cependant, je pense qu'il serait bon de varier les qualificatifs de la peluche "le lapin" est un peu répétitif et amener d'autres images pour préciser serait une pensée bienvenue. Vraiment doux cependant, de belles variations entre la peur et le réconfort, n'hésite pas à varier ton vocabulaire, élargir le champ lexical, mais c'est déjà vraiment bien mené. Le voyage était très appréciable!

Gothikadoll : Tu as demandé des points précis pour les retours, alors les voici
Ce texte ne m'a pas fait ressentir grand chose malheureusement, et même si le passage avec le champignon m'a fait avoir un sourire amusé en imaginant la scène, je doute que ça ait été le but initial :-/
Dans la première partie, on ne ressent donc pas la crainte, le sentiment d'être perdu, d'être tout seul au milieu d'une terre morte, et je pense que la description que tu fais de ton héro en est la cause. Tu le décris comme timide, fragile et ayant besoin de tendresse, mais tu dis aussi qu'il possède un corps massif et des grosses pattes. J'ai donc imaginé un adulte très renfermé sur lui-même et très câlin, mais pas immédiatement un juvénile, ce qui m'a empêché de l'imaginer en danger.

Il y a aussi une expression qui est revenue 2 fois, cette "sensation cendreuse" qu'il a dans la gueule, j'ai tiqué quand je l'ai vue la seconde fois, pensant que je n'avais pas repris le bon passage après avoir quitté le texte des yeux une seconde.
Pour remplacer ça, j'ai cette phrase qui m'est venue en tête : "Chaque mouvement soulevait un nuage de poussière, chatouillant ses narines et
lui donnant l'impression d'avoir mordu dans un morceau de charbon"
par exemple

Il y a un moment où j'ai eu de la peine pour lui quand même, c'est le moment où il appelle ses parents. Là on ressent bien qu'il est seul, le rythme est plus pressé avec les questions qui s'enchaînent. Mais on arrive trop vite sur une réflexion posée, plus calme.

Donc voilà, pour résumer, je pense que le soucis principal est dans le rythme de ton histoire qui est trop calme pour imposer une certaine panique. Mais j'ai bien aimé l'histoire tout de même ^^ et la scène de fin avec le petit qui va dormir avec ses parents je trouve ça beaucoup trop chou ♥
"I'm...going to be every rose for you in eternity...You're...going to play with me for peace in the song"
Image

本を抱いていた 「崩れかけていた」 忘れたかった 「逃げ場さえ無かった」
Avatar de l’utilisateur
Nao in Wonderland
 
Message(s) : 26381
Inscrit le : 02 Août 2013 20:09
Localisation : Where dreams come true
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Nao in Wonderland » 28 Avr 2018 18:13

Les lots


Chaque mois, seul le premier texte sera récompensé d’une créature de rang 1 à 4.
Chaque année (si on continue jusque-là) la personne qui aura remporté le plus de fois la première place pourra choisir une créature de rang 5 à 7.

Les lots seront répartis entre mes doubles et ce clan.


Listes des personnes qui ont participé aux éditions successives :

    2018
  • Mai - Nidoranium . Gothiqua_Arwena . Amorak . Koruamy . Chaton98
  • Juin - Noeliya (rendu en retard)
  • Juillet - Nao in Wonderland . Nidoranium
  • Août - Amorak . Reinechat :3 . Nao in Wonderland
  • Septembre -Nao in Wonderland . Noeliya . Laucirie
  • Octobre -Nao in Wonderland . Nidoranium . RIRICHOUX . Tsukiname
  • Nombre - Nao in Wonderland (seul participant)
  • Décembre - Aucun participant
    2019
  • Janvier - Nao in Wonderland (seul participant)
  • Février - RIRICHOUX (seul participant)
  • Mars - Nidoranium . Mykah . Noeliya
  • Avril - Mykah
  • Octobre - Mykah . Tsukiname . Zoruna
  • Novembre - Mykah
  • Décembre - Mykah . Lyls
    2020
  • Janvier - Mykah . Démétra
  • Février - Lyls
  • Mars - thiehf . Mykah
  • Avril - Mykah - Ryuuchan - thiehf


Listes des personnes qui ont gagné les éditions successives :

    2018
  • Mai - Nidoranium (réclamé)
  • Juin - Aucun vainqueur
  • Juillet - Nao in Wonderland (réclamé)
  • Août - Amorak (réclamé)
  • Septembre -Nao in Wonderland
  • Octobre -Nao in Wonderland
  • Nombre - Aucun vainqueur
  • Décembre - Personne
    2019
  • Janvier - Aucun vainqueur
  • Février - Aucun vainqueur
  • Mars - Nidoranium
  • Avril - Aucun vainqueur
  • Octobre - Aucun vainqueur
  • Novembre - Aucun vainqueur
  • Décembre - Mykah
    2020
  • Janvier - Aucun vainqueur
  • Février - Aucun vainqueur
  • Mars - thiehf
  • Avril - Ryuuchan
"I'm...going to be every rose for you in eternity...You're...going to play with me for peace in the song"
Image

本を抱いていた 「崩れかけていた」 忘れたかった 「逃げ場さえ無かった」
Avatar de l’utilisateur
Nao in Wonderland
 
Message(s) : 26381
Inscrit le : 02 Août 2013 20:09
Localisation : Where dreams come true
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Messagepar Lyls » 30 Avr 2018 20:12

Image
Au cas où
♥Cherche Amis : HorseHaven/GardenScapes/MonsterSuperLigue♫
Image
Image
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Lyls
 
Message(s) : 11108
Âge : 29
Inscrit le : 24 Nov 2015 00:58
Localisation : Quelque part en Drasnie ;-)
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches

Messagepar Lyls » 01 Mai 2018 11:50

Image
Au cas où
♥Cherche Amis : HorseHaven/GardenScapes/MonsterSuperLigue♫
Image
Image
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Lyls
 
Message(s) : 11108
Âge : 29
Inscrit le : 24 Nov 2015 00:58
Localisation : Quelque part en Drasnie ;-)
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches

Messagepar Lyls » 01 Mai 2018 11:51

Image
OUVERT
♥Cherche Amis : HorseHaven/GardenScapes/MonsterSuperLigue♫
Image
Image
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Lyls
 
Message(s) : 11108
Âge : 29
Inscrit le : 24 Nov 2015 00:58
Localisation : Quelque part en Drasnie ;-)
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches

Messagepar Amorak » 01 Mai 2018 14:22

Bonjour Lyls,
c'est une bonne idée de concours ! Si je trouve le temps quelque part (pas évident hé hé), j'y participerai avec plaisir !
Image
Je recherche toutes les créatures que je ne possède pas, n'hésitez pas à me proposer des échanges !
Avatar de l’utilisateur
Amorak
 
Message(s) : 136
Inscrit le : 06 Nov 2016 18:49
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches

Messagepar Lyls » 01 Mai 2018 14:25

Merci Amorak ! ^^

C'est l’intérêt des petits textes, qu'ils sont moins chronophage. Si se n'est pas pour se mois-ci, tu pourra venir voir le mois prochain si les thèmes te plaisent! ;)
♥Cherche Amis : HorseHaven/GardenScapes/MonsterSuperLigue♫
Image
Image
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Lyls
 
Message(s) : 11108
Âge : 29
Inscrit le : 24 Nov 2015 00:58
Localisation : Quelque part en Drasnie ;-)
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches

Messagepar Nao in Wonderland » 01 Mai 2018 14:46

Ok ! Cela me tente bien, cela =^^=
L'on me pousse à écrire en ce moment donc voilà une bonne occasion (même si j'ai déjà deux projets fufu, une petite nouvelle, cela ira vite !)

J'ai un compte Wattpad, aurais-je l'autorisation de la publier là-bas également ? Merci !

Edit : ah et aussi, juste pour être sûr, ce n'est pas obligé de concerner des créatures GW, n'est-ce pas ?
"I'm...going to be every rose for you in eternity...You're...going to play with me for peace in the song"
Image

本を抱いていた 「崩れかけていた」 忘れたかった 「逃げ場さえ無かった」
Avatar de l’utilisateur
Nao in Wonderland
 
Message(s) : 26381
Inscrit le : 02 Août 2013 20:09
Localisation : Where dreams come true
Me proposer un échange
Voir mes créatures
Voir ma liste de recherches
Voir mes dessins

Suivant

-->

Retour vers Competitions !

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)